Une petite série animée enfantine : Will

Petit garçon en fauteuil dans une cour de récré avec une copine et en arrière plan un tobboggan et une marelle

Il y a sur France 3 un petit dessin animé à destination des enfants.

Will, un enfant de 9 ans en fauteuil qui se la raconte face caméra. S’il n’a pas l’usage de ses jambes, il est toujours à fond, débordant d’imagination, et vit à 100 à l’heure au contact de sa bande de copains et de sa famille. Une série au ton impertinent et sans complexe.

C’est une série que je viens de découvrir et que je trouve excellente car on ne met jamais les enfants handicapés en premier rôle.

Vous trouverez les deux épisodes qui ont été déjà diffusés ainsi que la programmation des prochains épisodes ici : http://www.france3.fr/emission/will

Par contre, j’ai un regret sur l’horaire de diffusion, elle passe à 8h30 pile au moment où les enfants vont à l’école. Je vois pas trop l’intérêt de diffuser des dessins animés à ce moment là sachant que la majorité de ces enfants sont à l’école à cette heure-ci. C’est un demi-effort je dirais !

D’autant plus qu’elle ne dure que 4 minutes, il serait bien plus facile de le placer entre 2 dessins animés « cultes » aux alentours de 7h30, ca toucherait davantage d’enfants, ou à un autre moment de la journée quand les enfants sont à la maison après 16h30/18h. Mesdames, Messieurs de la programmation France 3, faites un effort !

Bonus : les épisodes sont bien sous-titrés sur le replay (ça a le mérite d’être souligné car ce n’est pas automatiquement le cas)

Réflexions du matin

Si seulement, j'avais autant de temps que d'idées. (oui, ça serait bien !)

Assise dans le fond du bus, j’arrive à la gare. Les gens se précipitent pour sortir alors que le bus n’est pas encore garé. Je garde mon mal en patience, je me dis que je ne sortirai pas plus vite que ces messieurs qui rechignent à être galants et ces dames qui se pressent avec leur sac plus gros qu’elles….

« Chacun pour soi » doivent-ils penser.

Le chauffage me brûle presque le pantalon. J’ai hâte de sortir moi-aussi.

Il est de ces matins d’hiver qui sont doux et le chauffage à fond. Quel dommage de mettre le chauffage à fond dans ces véhicules où les portes sont tout le temps ouvertes en fin de compte… Continuer la lecture de « Réflexions du matin »

Semaine pour l’emploi des personnes handicapées

Photo du site internet Handichat

Après avoir vu de nombreux tweets faisant la promotion d’Handichat, site internet programmé pour l’occasion : « Semaine pour l’emploi des personnes handicapées« .

Je me dis que je vais tout de même regarder par curiosité. Je me connecte sur le site.

Je constate qu’il y a un interprète en langue des signes. Bonne chose. Si j’avais une seule critique à émettre à ce sujet c’est qu’il est pas suffisamment éclairé à mon goût.

En ce qui concerne le sous-titrage, on lance le site, on voit une vidéo, un interprète, on laisse la souris sur la vidéo dans l’espoir de voir un petit bouton « sous-titrage » et là … pas de bouton de sous-titrage.
Dommage.

Continuer la lecture de « Semaine pour l’emploi des personnes handicapées »

Qui suis-je ?

Diplômée de l’école des Gobelins en 1997, j’ai connu la bulle internet au plus haut de son euphorie. Un parcours varié de l’atelier PAO à l’agence de communication en full flash en passant par la production industrielle en SSII m’a amenée à regarder les standards du web et leur accessibilité en dehors même de mon handicap.

Après l’éclatement de la bulle internet, je lance Etrecréatif en 2004.

Suite aux apéroweb de Paris Web en 2011, j’intègre une web agency ce qui me permet de retrouver le travail en équipe.

En parallèle, je lance le site Medias-soustitres en 2003, pour défendre le sous-titrage sourd et malentendant en France aussi bien à la télévision que sur tous les supports possibles. Pour rappel le sous-titrage en 2001 n’était que de l’ordre de 10%. Depuis 2005, j’aide les associations de sourds et malentendants à leur demande sur les dossiers du sous-titrage.

Je suis sourde, mais je communique facilement. Je n’entends pas mais je lis sur les lèvres. Je parle normalement et tout le monde peut me comprendre. Le travail en équipe est possible. Je ne peux pas répondre au téléphone mais si mes interlocuteurs sont prévenus, la communication par mail permet de surmonter ce problème facilement et sans gêner notre collaboration.

A travers ce blog que j’ai créé, j’expose les situations auxquelles je suis confrontée au quotidien et montre la surdité d’un autre point de vue, celui d’une femme active qui veut faire tomber les barrières.

Trouver du travail

Le monde professionnel.
Celui d’avant 2005.
Quoi 2005 ? Date de la loi du 11 février 2005 qui traite entre autre le quota d’embauche de personnes handicapées. Ben oui, sinon c’est pas marrant hein.

Je vais provoquer certains je pense avec ce qui a été écrit.

Arriver dans le monde du travail au moment de la bulle internet, c’était juste chouette. Tout le monde se foutait de savoir si j’entendais ou pas. Il y avait du boulot pour tout le monde. Je pouvais changer de boulot d’une semaine à l’autre. Une bulle ça dure jamais.

Continuer la lecture de « Trouver du travail »

Suivre une formation

Les Gobelins, l’école des métiers de l’image.
Nouveau choc, nouveau monde, nouveau combat.
Plus un sourd autour de moi. Le vide intersidéral, bon ok, le terme est un peu fort peut-être, mais il fallait que je me réhabitue.

Entrer à l’école des Gobelins a été une chance pour moi.
C’était la première session des Assistants Réalisateurs en Multimédia.
Il y avait une sélection sur dossier.
Sauf que … j’ai tout de même eu un entretien supplémentaire avec les responsables de cette formation pour pouvoir les convaincre que j’arriverais à suivre leurs cours, je devais m’adapter à l’école, l’école ne s’adapterait pas à moi.
J’ai commencé l’année avec une carte de photocopies que j’avais pu négocier à l’entretien au début de l’année.

Continuer la lecture de « Suivre une formation »

Trouver sa place à l’école

Il est arrivé à tout le monde de ne pas trouver sa place, de pas se sentir bien à tel moment ou à tel endroit. J’aimerais bien que ces situations-là se reproduisent moins dans le futur.

L’école.
J’ai eu à plusieurs reprises cette sensation de ne pas être à ma place durant mon parcours scolaire, mais la prise de conscience n’était pas aussi forte qu’aujourd’hui. Peut-être que c’est tant mieux. Je ne sais pas.

Ce n’est pas toujours évident puisque le français s’acquiert aussi par l’ouïe et la parole. (oui toi là derrière, ne crie pas, je sais qu’il y a aussi la lsf, le lpc…mais ce sont pas des moyens qui m’ont été donnés dans ma jeunesse) Je ne critique personne, c’est juste un constat de ce que j’ai vécu.

L’école primaire
Je m’étais bien débrouillée en première année de CP. Le corps enseignant a jugé bon de me mettre en intégration dès le ce1. (Certains diraient que c’est de l’intégration sauvage, oui, bon, ne criez pas au scandale, c’est fait.)

Il ne m’a pas été facile de me faire accepter, étant vite le centre d’attention du maître d’école…

Ces traitements de faveur ont fait que je passais très vite pour le “chouchou” du maître d’école.

Continuer la lecture de « Trouver sa place à l’école »

Sortir avec des entendants

Parfois, il arrive qu’on fête des anniversaires de personnes qu’on apprécie ! (coucou toi !)

Ces moments qui sont censés être chouette (ils l’ont été pour ma part), il arrive qu’il y ait de la musique (cékoiça ?), un truc d’entendant pour mettre de l’ambiance.

Vite sortir Shazam (une application permettant de te dire ce que c’est comme musique, quel auteur) pour être à la pointe et pas passer pour un looser de la musique même si je le suis profondément… (ok je l’ai pas utilisée ce soir mais j’y ai pensé très très fort !)

La musique n’a toujours été source de « bruit » même si j’aimerais en profiter davantage. Et de surcroit qu’on tamise les lumières pour rendre ce lieu bien plus charmant, cosy, tout ce que tu veux…  (c’est quoi ce tamisage de lumière, franchement ça aide ?!?), soit je commence à sentir la difficulté à arriver.
Pas de silence, pas de lumière…

Continuer la lecture de « Sortir avec des entendants »

Vous avez un message !

Rien de plus agaçant d’avoir un téléphone sur son bureau, alors qu’on entend pas et que jamais, jamais on s’en servira ! Et que ce foutu téléphone il restera là quoi qu’on en dise.

Énervant, pourquoi me direz-vous ?

Parce que certains téléphones sont munis d’un répondeur … Ahem. Oui.

Ces téléphones ont des petits boutons, hein, il faut qu’ils servent à quelque chose. Des fois, ca se met à clignoter.

Et rien de plus énervant de le voir du matin au soir clignoter alors qu’on aura pris soin de le planquer derrière l’écran, mais que la femme de ménage le remet à sa place initiale (au secours !), qu’on aura essayé de comploter un assassinat de téléphone (en essayant de prévenir sur twitter) en le débranchant, oui mais comme c’est de la VOip, ben ton PC il lâche le réseau aussi.
Et là je m’aperçois que je suis dans le caca. (ce que je dis à mon fils pour rester polie – même si c’est pas poli de parler comme ça, il faut que ca sorte !! ).

Donc t’es o-bli-gée de le garder sur ton bureau. (si tu cliques sur la photo, tu auras droit à une jolie vidéo condensée de 10 secondes)

Groumph.

Fin mot de l’histoire, ma « ligne téléphonique » a été transférée chez ma supérieure hiérarchique. Personnellement, j’aurais préféré que la ligne n’existe pas carrément, histoire qu’on se dise bien que je suis la nana qui est sourde mais qui parle.
Oui mais j’entends pas au téléphone !!!

 

S’intégrer dans une équipe

Un nouvel épisode, écrit à chaud pour que toi, lecteur entendant puisse comprendre mes émotions.

ça fait plusieurs fois que ça se produit, je ne vise personne en particulier.

Être au sein d’une équipe/groupe, c’est super car il y a des échanges, des réflexions, et surtout je ne suis plus seule. Que du positif.

Oui mais non, c’est à double tranchant.

Double tranchant pourquoi ? Parce que tu veux faire bonne impression d’une part, et d’autre part il faut ré-expliquer ton handicap.

C’est pas toujours chose aisée.

La surdité c’est plus compliqué que ça.

Suffit pas de parler plus fort (entre nous, ça me sert à rien),
Suffit pas de se rapprocher de moi et baisser la tête vers le bas (c’est pire parce que je dois « descendre » physiquement pour être à ton niveau),
Suffit pas de ne pas bouger le corps, mais dodeliner de la tête, ça aide pas non plus… (j’essaie de faire avec mais des fois avec la fatigue je laisse tomber),

Lecteur entendant, si tu n’articules pas, que tu me regardes pas, je peux pas comprendre ce que tu me dis.
Pardon si je pète un cable, mais j’ai beau faire des efforts, mais parfois c’est sur-humain ce que tu me demandes.

Ne pas comprendre une conversation « ping-pong » ça arrive souvent, oui parce que ça va très vite, et moi le temps que je comprenne…

C’est à retardement, c’est très chiant d’arriver après.
Mais surtout c’est nul d’avoir un train voire un wagon de retard dans la conversation : j’ai l’air con au final, et j’aime pas ça.