Perdre pied

Je suis arrivée à un stade de ma vie, où je n’ai plus envie de me prendre la tête à essayer de comprendre ce qui se passe autour de moi.
Essayer de choper les mots qui sortent de la bouche des personnes, les reconstituer dans mon cerveau, analyser la phrase pour ensuite réagir.
Je suis fatiguée de cet exercice.
J’aimerais que ce soit fluide, ne plus penser, que les choses viennent toutes seules.

Moi qui étais tout le temps à l’affût pour ne pas être en décalage avec les autres, j’ai presque envie de me renfermer dans ma coquille.

De ne plus penser.
Continuer la lecture de « Perdre pied »

Renaissance auditive #2

Les appareils sont arrivés.
Impatience. Stress. Excitation.
Se retenir d’exploser de joie.
Les voir, les mettre. Ré-entendre à nouveau après quelques secondes dans le silence.

Impression bizarre. Impression que tout est net. Plus clair.
Les sons sont plus perceptibles comme si on mettait une nouvelle paire de lunettes bien réglée à la vue qu’on a sur le moment.
Mon cerveau est à l’affût de tous ces nouveaux sons que j’entends mais que je ne peux pas encore identifier.

Interroger, essayer de retranscrire le son que je perçois sans savoir ce que c’est. Exercice que je n’avais pas fait depuis 7 ans.

Continuer la lecture de « Renaissance auditive #2 »

Mais qu’est-ce que tu entends au juste ?

Il m’est déjà arrivé à plusieurs reprises, d’expliquer ce que j’entends.

Au square, au milieu d’enfants, l’un d’entre-eux vient me voir, c’est un ami de mon fils.

Il me jauge, me tourne autour, rigole avec moi, me provoque dans son jeu. Je réagis à son petit jeu, ça l’amuse.

Et tout d’un coup, il se plante devant moi et me dit : « C’est quoi ce truc que t’as dans l’oreille ?!? »

Je souris, le papa du petit garçon gêné ne sait pas quoi lui répondre, je le regarde avec un regard rieur qui avait l’air de dire « Je vais lui répondre »

Je ris, je le regarde, je pèse mes mots avant de parler.
C’est un petit garçon de 4/5 ans, mais je vais m’adresser à lui comme si je m’adressais à un adulte. Je vois pas pourquoi il ne faudrait pas leur dire les choses comme elles sont.

Continuer la lecture de « Mais qu’est-ce que tu entends au juste ? »

Entendre c’est du confort

Voir cette publicité me fait rire tout doucement …

590 euros, c’est le prix qu’on pourrait débourser pour se payer des lunettes ou une couronne…
Mais ce n’est que le prix d’une réparation de mon appareil auditif, quand il commence à se faire vieux, que le micro commence à lâcher ou toute autre pièce permettant le fonctionnement ou la retransmission de ce son dont j’ai besoin pour entendre.

Juste pour me permettre d’entendre au quotidien, de ne pas me retrouver dans ce silence auquel je ne suis pas habituée et que pourtant j’aime quand le bruit devient excessif. Continuer la lecture de « Entendre c’est du confort »

Qui suis-je ?

Diplômée de l’école des Gobelins en 1997, j’ai connu la bulle internet au plus haut de son euphorie. Un parcours varié de l’atelier PAO à l’agence de communication en full flash en passant par la production industrielle en SSII m’a amenée à regarder les standards du web et leur accessibilité en dehors même de mon handicap.

Après l’éclatement de la bulle internet, je lance Etrecréatif en 2004.

Suite aux apéroweb de Paris Web en 2011, j’intègre une web agency ce qui me permet de retrouver le travail en équipe.

En parallèle, je lance le site Medias-soustitres en 2003, pour défendre le sous-titrage sourd et malentendant en France aussi bien à la télévision que sur tous les supports possibles. Pour rappel le sous-titrage en 2001 n’était que de l’ordre de 10%. Depuis 2005, j’aide les associations de sourds et malentendants à leur demande sur les dossiers du sous-titrage.

Je suis sourde, mais je communique facilement. Je n’entends pas mais je lis sur les lèvres. Je parle normalement et tout le monde peut me comprendre. Le travail en équipe est possible. Je ne peux pas répondre au téléphone mais si mes interlocuteurs sont prévenus, la communication par mail permet de surmonter ce problème facilement et sans gêner notre collaboration.

A travers ce blog que j’ai créé, j’expose les situations auxquelles je suis confrontée au quotidien et montre la surdité d’un autre point de vue, celui d’une femme active qui veut faire tomber les barrières.

Vous avez un message !

Rien de plus agaçant d’avoir un téléphone sur son bureau, alors qu’on entend pas et que jamais, jamais on s’en servira ! Et que ce foutu téléphone il restera là quoi qu’on en dise.

Énervant, pourquoi me direz-vous ?

Parce que certains téléphones sont munis d’un répondeur … Ahem. Oui.

Ces téléphones ont des petits boutons, hein, il faut qu’ils servent à quelque chose. Des fois, ca se met à clignoter.

Et rien de plus énervant de le voir du matin au soir clignoter alors qu’on aura pris soin de le planquer derrière l’écran, mais que la femme de ménage le remet à sa place initiale (au secours !), qu’on aura essayé de comploter un assassinat de téléphone (en essayant de prévenir sur twitter) en le débranchant, oui mais comme c’est de la VOip, ben ton PC il lâche le réseau aussi.
Et là je m’aperçois que je suis dans le caca. (ce que je dis à mon fils pour rester polie – même si c’est pas poli de parler comme ça, il faut que ca sorte !! ).

Donc t’es o-bli-gée de le garder sur ton bureau. (si tu cliques sur la photo, tu auras droit à une jolie vidéo condensée de 10 secondes)

Groumph.

Fin mot de l’histoire, ma « ligne téléphonique » a été transférée chez ma supérieure hiérarchique. Personnellement, j’aurais préféré que la ligne n’existe pas carrément, histoire qu’on se dise bien que je suis la nana qui est sourde mais qui parle.
Oui mais j’entends pas au téléphone !!!

 

S’intégrer dans une équipe

Un nouvel épisode, écrit à chaud pour que toi, lecteur entendant puisse comprendre mes émotions.

ça fait plusieurs fois que ça se produit, je ne vise personne en particulier.

Être au sein d’une équipe/groupe, c’est super car il y a des échanges, des réflexions, et surtout je ne suis plus seule. Que du positif.

Oui mais non, c’est à double tranchant.

Double tranchant pourquoi ? Parce que tu veux faire bonne impression d’une part, et d’autre part il faut ré-expliquer ton handicap.

C’est pas toujours chose aisée.

La surdité c’est plus compliqué que ça.

Suffit pas de parler plus fort (entre nous, ça me sert à rien),
Suffit pas de se rapprocher de moi et baisser la tête vers le bas (c’est pire parce que je dois « descendre » physiquement pour être à ton niveau),
Suffit pas de ne pas bouger le corps, mais dodeliner de la tête, ça aide pas non plus… (j’essaie de faire avec mais des fois avec la fatigue je laisse tomber),

Lecteur entendant, si tu n’articules pas, que tu me regardes pas, je peux pas comprendre ce que tu me dis.
Pardon si je pète un cable, mais j’ai beau faire des efforts, mais parfois c’est sur-humain ce que tu me demandes.

Ne pas comprendre une conversation « ping-pong » ça arrive souvent, oui parce que ça va très vite, et moi le temps que je comprenne…

C’est à retardement, c’est très chiant d’arriver après.
Mais surtout c’est nul d’avoir un train voire un wagon de retard dans la conversation : j’ai l’air con au final, et j’aime pas ça.

Mon premier mot…

J’ai fait toute ma petite enfance, sans le LPC, sans la LSF, j’oralise aujourd’hui. Mes parents, lorsqu’ils ont appris ma surdité, étaient plutôt désemparés, il faut dire aussi que les moyens d’information, de soutien, n’étaient pas les mêmes à l’époque.

J’ai fait toute ma petite enfance, sans le LPC, sans la LSF, j’oralise aujourd’hui. Mes parents, lorsqu’ils ont appris ma surdité, étaient plutôt désemparés, il faut dire aussi que les moyens d’information, de soutien, n’étaient pas les mêmes à l’époque.
Continuer la lecture de « Mon premier mot… »