Communiquer

J’ai de la chance d’avoir quelques (trop) rares personnes autour de moi qui pensent à la surdité, à la manière dont le silence peut être perçu, qui s’interrogent et qui parfois font vraiment attention à vous. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

Je n’ai pas pour habitude de regarder des vidéos, ni de les partager, pour les simples raisons suivantes : elles sont souvent pas sous-titrées. Je vous rassure celle-ci l’est et bien sous-titrée pour les sourds et malentendants.
Les autres raisons sont le temps et l’accès à ces vidéos en journée cela est difficile. C’est pourquoi je vous en parle ici. Pour moi elle reflète beaucoup de choses que je ne peux pas expliquer où c’est compliqué.

Cette vidéo est bien tournée, jolie par l’image, tendre par les échanges, les visuels, la musique est jolie, elle donne bien le ton et le rythme.
Elle montre aussi quelques aspects de ma vie.

C’est un des sentiments que mon conjoint a pu ressentir lors de soirées ou de repas, être exclu dans l’autre sens c’est difficile aussi. Certains d’entre-vous l’auront peut-etre vécu à Paris Web (je vous rassure c’était fait exprès, pour vous montrer ce que ça peut faire… ).

Le sentiment est clairement exprimé dans cette vidéo et j’aime beaucoup. Le message est clair.

« Téléphoner » à mon conjoint dans les années 2000, ce n’était pas chose aisée comme aujourd’hui, nous n’avions pas l’illimité, nous n’avions pas les centres relais que les américains ont depuis quelques temps déjà, qui commencent à pointer leur nez en France mais ce n’est pas « spontané » pour l’utilisation.

C’est certes en train d’être mis en place en France mais ce n’est pas systématique. Ce sont souvent des services « spécialisés ».
Nous à l’époque, nous utilisions MSN, IRC, ICQ et évidemment les SMS qui étaient à un franc le message. Quelle douloureuse expérience qui nous a coûté cher ! 🙂

Une chose est certaine, c’est que le jour où nous aurons les centres-relais mis en place et à une somme modique (pas un truc qui coûte les yeux de la tête), ce sera un grand pas vers la communication mais aussi une autonomie totale.

J’ai trouvé ça, quelque part un peu utopique même si je sais que c’est possible dans les pays plus avancés que la France, de pouvoir parler directement à son amoureux même s’il y a une tierce personne, ce qui est important, c’est qu’elle est inconnue, et fait en sorte comme s’il n’y avait pas de barrière dans cet échange.

7 pensées sur “Communiquer”

  1. J’aime beaucoup tes articles sur ce sujet, ça fait prendre conscience des réalités et des difficultés de ta vie, même pour les choses les plus simples auxquelles on ne pense pas forcément quand on entend. La vidéo est vraiment super jolie aussi, il en faudrait plus comme celle là !

  2. Très très bonne vidéo.

    En passant, Orange va commercialiser (ou commercialise déjà) un truc qui s’appelle Total conversation, qui fait du multicanal en temps réel : vidéo (donc LSF et lecture labiale) et chat en direct (chaque lettre tapée arrive tout de suite de l’autre côté pour des questions de réactivité).

    Autrement dit : pour la conversation privée, on peut se dispenser de centres-relais. Par contre évidemment pour les services de secours c’est vital (je ne sais pas ce que je peux communiquer dessus, ce qui est public ou pas, alors je n’en dis pas plus « en public »).

  3. Bonjour Cybie,

    J’ai été touchée par ton article, par cette manière dont le silence peut être perçu et par la vidéo que tu partages. Je l’ai partagée à mon tour.

    Longue vie à ton blog et à ta merveilleuse aventure humaine !

    Christiane

  4. Connais-tu le court métrage Signs de P. Hughes ? J’ai repensé à ce film court en regardant « Sound of silence ». Je l’ai regardé de nouveau, je crois qu’il t’est accessible. Il y a deux dialogues, malheureusement non sous-titré, dont un est le message sur répondeur des parents, qui demande en gros en anglais « quand viens-tu nous voir avec une girlfriend »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *