D-Day : la rencontre avec Sabrina, ma filleule

J’ai été contactée pour une opération de parrainage de l’association À deux mains dans le cadre de SFR Jeunes talents, pour pouvoir communiquer sur ce projet sur 10 mois en tant que marraine numérique.

Cette association a été montée par Sabrina Grollemund et Sandra Rauner. Elle a pour but d’accompagner la construction de la communication chez l’enfant sourd et le bilinguisme des enfants entendants de parents sourds auprès de tout-petits de moins de 3 ans, qui se présentera sous la forme d’ateliers pédagogiques itinérants dans toute l’Île-de-France, un accompagnement destiné aux enfants, aux parents et aux professionnels pour acquérir et pratiquer la LSF, un accompagnement privilégié des familles et la création d’un lieu d’accueil pour les tout-petits, qui accueillerait les enfants sourds ou les enfants entendants de parents sourds.

Jeudi 6 juin, une nouvelle journée commence après avoir déposé mon fils à l’école. Je me prépare pour aller à l’appart SFR à Paris.

Comme souvent, à mon habitude, je fais mes repérages avant sur le net pour pouvoir justement « communiquer » aisément, ou plutôt être à l’aise avec les gens que je vais rencontrer mais que je ne connais pas forcément.
Après avoir passé la matinée à surfer sur le blog de sfr étant le point de départ de tout,j’ai pu facilement reconnaître les  marraine/parrain blogueurs ainsi que la liste des lauréats, je pars à l’appart SFR avec une certaine excitation qui est aussi de la fierté.

Un chouette accueil nous y attend, malgré ma timidité, j’essaie de passer outre, de m’intégrer à ce groupe qui a l’apparence de « copines » alors que je ne connais personne ou quasiment. Le sentiment qui m’envahit est étrange… Mais positif.

Je sais que je vais rencontrer ma filleule, que c’est quelqu’un de très engagée dans ce qu’elle fait.
On nous installe tous ensemble avec Marjolaine Solaro, Sophie Gironi, Catherine Pelcé, Sandrine Camus, Fabien Abitbol, Jérôme Hoarau et Mathieu Carlier  dans une pièce attenante à celle où nos lauréats passent chacun leur tour devant leur jury, on nous demande plusieurs fois de faire moins de bruit. Signe que l’ambiance est détendue de notre côté malgré ma surdité, j’arrive à suivre quelques conversations. Je dois dire que j’ai rencontré des personnes formidables !

Vient le moment où je rencontre Sabrina, je suis sans voix. J’essaie d’engager la conversation, mais rien à faire. Et là, on me souffle dans l’oreille, qu’elle n’est pas encore passée devant le jury.  Je me fais toute petite et je repars la où j’étais.

Au moment où Sabrina est en train de passer devant le jury, je passe au maquillage pour l’interview. Intimidée par la maquilleuse et son matériel, elle fait preuve de professionnalisme, surtout quand je lui annonce que je ne me maquille jamais. Les rares fois ça devait être pour mon spectacle de fin d’année quand j’étais gosse, mon mariage et l’événement SFR… Même si Muriel me dit que je suis bien maquillée que ça ne se voit pas, j’ai du mal à la croire, mais c’est normal je n’ai pas l’habitude.

Vient la rencontre, timide l’une comme l’autre.
Je pense qu’on avait chacune nos appréhensions par rapport à la communication.
On fait l’interview, l’ambiance se détend d’un cran. On rigole.
Je commence à être un peu plus dans mon élément même si parfois je ne comprends pas toujours ce qui se dit, ni qui se passe autour de moi.

Nous partons faire les photos, la séance était très rigolote. Un chouette moment, même si à un moment donné je re-signale avec humour que j’entends pas que le photographe doit répéter sa consigne sans être derrière l’objectif.

Enfin, la soirée a lieu. Je découvre avec surprise une grande scène, un écran de projection géant, une petite télévision sur laquelle il y a la vélotypie de la soirée et une interprétation  en LSF qui est assurée par Aditus. Un exploit pour les interprètes et la vélotypiste, ça parlait à toute vitesse. Mais au moins, je comprenais comme tout le monde. Sur le même pied d’égalité.

 

Chaque lauréat doit re-défendre son projet devant le public de la soirée en 60 secondes.
Sabrina a brillamment défendu son projet et ce dans les temps. Sandra nous a rejoint pour la soirée, j’ai pu faire sa connaissance.
Pas de prix de lauréat pour À deux mains, mais un soutien de la part de SFR, et moi qui vais les suivre tout au long de ces 10 mois.

Une belle rencontre, qui je l’espère pourra être bénéfique à leur projet qui me tient à cœur, puisque moi aussi, maman sourde, je suis sensible à la communication entre enfant /parent d’autant plus que je suis un couple mixte : sourd / entendant.

Merci à Jane et Muriel pour cette belle rencontre.

3 pensées sur “D-Day : la rencontre avec Sabrina, ma filleule”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *