Aller vers l’inconnu

Arriver à un rendez-vous, ne pas savoir à l’avance si on va comprendre la personne, ça pimente ma vie, ces temps-ci.

Arriver à un numéro de rue, se rendre compte qu’on est face à un digicode…

Quand je vois un digicode, je pense toujours à cet humoriste qui avait fait un sketch là-dessus. Je souris la plupart du temps, mais j’ai toujours cette pointe d’angoisse en moi.

Une pointe d’angoisse, parce que je ne sais pas ce qui m’attend après.
Que vais-je trouver ? Une porte ouverte ou fermée, un sas d’entrée ?

Et bien souvent, c’est un interphone où il n’y a aucune indication si la porte est ouverte, si l’interlocuteur a décroché, tu ne sais pas à quel moment parler puisque tu n’entends pas les sons émis par celui-ci.

Sensation désagréable qui est vite comblée par l’accueil que tu peux avoir une fois franchi cet obstacle.

L’interphone, c’est pas mon ami, c’est un inconnu pour moi, on m’a toujours dit de ne pas parler aux inconnus.

4 réflexions sur « Aller vers l’inconnu »

  1. C est vrai ma copine je n y ai jamais pensé aux interphones.. Quand on entend on fais pas gaffe à tout ça. Courage copine. Je sent que le boulot va bientôt arriver pour toi.

  2. Ahhh ces digicodes…

    Et ces petites astuces pour savoir si la porte est ouverte pas toujours bien vues ni comprises : secouage de la poignée, main posée sur la poignée pour savoir si elle vibre (la poignée, pas la main), tirage de la porte jusqu’à ce qu’elle s’ouvre, pied qui pousse légèrement la porte jusqu’à ce qu’elle s’ouvre. C’est toujours un moment de solitude quand tu n’est pas seul…

    Je ne parlerais pas non plus de l’angoisse des sonnettes…

  3. Et que dire des « sonnettes-qui-parlent-mais-que-tu-le-sais-pas » : la seule astuce que j’ai trouvée est de bourriner comme un malade sur la sonnette pour faire réagir la personne : très souvent quand elle arrive très agacée devant « le sonneur fou » (moi, si vous avez suivi), elle s’excuse et comprend généralement très vite que je pouvais pas entendre Sonnette Qui Parle Toute Seule…

  4. Depuis que je te connais (et bien avant de lire cet article donc), à chaque fois que je vois un interphone je pense à toi et ça me stresse, la vie est mal faite sur certains points quand même :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *