J’avais un vœu, Bartolone l’a fait

Début décembre, j’ai reçu un courrier venant de la présidence de l’Assemblée nationale. Impressionnée par cette enveloppe si spéciale.

Être invitée aux vœux de son entreprise est quelque chose de « normal » pour un employé, ne pas comprendre les discours est quelque chose de difficile pour une sourde.

Ces moments-la sont censés être sympathiques, mais quand on est sourde, c’est un peu plus contraignant, se retrouver entourée de personnes qu’on ne connaît pas, se retrouver dans un lieu plein de brouhaha.

Devoir écouter des discours cela m’est déjà arrivé, ce n’est pas mon premier discours de vœux que j’écoute.
Il m’est déjà arrivé de ne rien comprendre, d’attendre, de sourire et de faire comme si tout était normal, comme si je comprenais tout, c’est une sensation franchement désagréable.

Cette année, dans le cadre de mon travail et motivée pour faire bouger les choses en terme d’accessibilité, j’ai émis une requête un peu atypique.
Je me suis dit, que pourquoi, moi je ne pourrais pas comprendre comme tout le monde. J’ai demandé si c’était accessible aux sourds et malentendants, connaissant la réponse à 99%, tout en demandant si au pire, je pourrais avoir le discours écrit.

Réponse qui est : non, pas de vélotypie, non, pas d’interprètes en LSF (bien que je ne maîtrise pas tout à fait parfaitement cette langue) MAIS qu’il y avait possibilité d’avoir le discours à mon arrivée. Je dois dire que j’ai été plutôt agréablement surprise par cette réponse positive.

Jour J, j’arrive avec ma collègue, je demande la personne chargée de me transmettre le discours, j’attends un peu, elle me donne une version imprimée du discours. Peut-être avez-vous fait quelques improvisations, quelques bons mots mais quel bonheur de pouvoir suivre ce que vous avez dit, ma collègue m’indiquant de moment à autre, où nous en étions dans le discours.

Merci monsieur le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone,  d’avoir bien voulu donner votre discours imprimé, malheureusement encore peu de personnes acceptent de le faire.

Quel bonheur d’être à égalité avec tout le monde, c’était d’autant plus important car ce lieu chargé en histoires, c’était vraiment « Liberté, Égalité, Fraternité« .

3 pensées sur “J’avais un vœu, Bartolone l’a fait”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *