Signaler son handicap ?

Libre comme l’air.
Voilà que je suis libre de tout engagement depuis hier.
J’avais posé ma démission il y a 8 jours maintenant.
8 jours pour réaliser que j’étais à nouveau sur le marché de l’emploi.

Pleine d’enthousiasme, de motivation pour retrouver un travail dans lequel je pourrais m’épanouir, évoluer avec ma surdité, ce n’est pas chose impossible je pense.

En pleine figure.
Refaire façe à des choses qui vous reviennent en plein fouet dans la figure, même si ce n’est pas volontaire. C’est juste un peu dur.

Stipuler sur son CV qu’on est « sourde oraliste« , je me demande parfois si cela sert à quelque chose. Ou est-ce un frein pour ceux qui ne connaissent pas, ou qui ne veulent pas faire face aux aléas de cet handicap ?

Recevoir des messages du type : « Je suis joignable à ce numéro si vous souhaitez plus d’informations« , répondre gentiment qu’on entend pas mais qu’on est disponible par email pour ensuite se voir lire un email du type : « je suis désolé, j’ai lu votre cv trop vite. »

Ah oui mais non.
Dois-je le dire plus fort, l’écrire plus gros, ou tout simplement « cacher » cet handicap qui peut parfois faire peur quand on connaît pas ? Comment faire de sa surdité un atout quand on recherche du travail ? Pour ma part, c’est foutu, c’est écrit, référencé partout sur le web.

Expertise.
Lire des annonces parfois démesurées nous révèle que les recruteurs cherchent la perle rare, ce que je peux comprendre. Nous vivons dans un monde où on doit tout savoir faire, et en même temps être pointu dans notre travail.

Constater que le terme « expert » est présent dans beaucoup d’annonces.
Est-ce un terme juste pour faire joli, pour attirer les gens ?

Moi aussi je pourrais marquer « experte en …« , mais cela serait tricher avec la réalité. Je peux simplement dire que je suis honnête mais motivée.

A ce moment précis, je pense à une seule chose : Rudy Rigot qui nous avait fait une conférence à Paris Web.

Nous sommes tous experts en quelque chose finalement, peut-être pas dans le domaine dans lequel nous croyons l’être.

Et mes oreilles ?
Parfois, j’ai juste envie qu’on oublie ces oreilles-là qui ne marchent pas, j’ai juste envie qu’on me considère pour ce que je suis, pour mes compétences voire même envisager de me spécialiser un peu plus dans un domaine qui m’intéresse.

10 pensées sur “Signaler son handicap ?”

  1. Sur mon CV, quand je laisse mon numéro, j’écris juste à côté (SMS uniquement). Ainsi ils voient que je suis joignable que par SMS sans comprendre forcément que je suis sourde.
    Et ça marche, je recois des SMS pour me dire qu’ils sont intéressés par mon CV et qu’ils souhaitent me rencontrer. Et pour faciliter la communication, on échange par mail et ca ne les dérange pas plus que ça.

    Bon courage pour la recherche d’emploi et je suis avec toi à fond ! 😉

  2. Ahhh la fameuse question concernant le CV : mettre ou ne pas mettre sa spécificité ?

    Deux choses à considérer :
    1) Quand on s’affiche ainsi sur le web, à quoi ça sert de rajouter la mention « surdité » sur son CV si l’on peut repérer que l’on est sourd ?
    2) Le choix n’est même plus discutable : mettons-nous en avant nos capacités ou notre handicap ? Les compétences priment-elles d’abord ou non ?

    De ces deux points de vue, je suis parti sur le principe de ne pas mettre le handicap sur mon CV. Choix volontaire car j’estime mettre d’abord en avant mes compétences puis ensuite effectivement il s’avère que j’ai un soucis d’oreille. Et là on peut en discuter.

    Même si je comprends leurs curiosités et leurs inquiétudes face au handicap, j’en ai marre d’entendre les recruteurs insister sur ma déficience auditive : est-ce que je suis venu pour parler de ma surdité ? Non de mon métier d’infographiste. Et d’exposer mon book, mes atouts et mes lacunes en tant que candidat, etc.

    Après par la suite, si une éventuelle collaboration s’avère possible du fait des compétences recherchées, on peut commencer à parler des adaptations liées à la surdité : peu de matériel technique mais beaucoup d’attention portées sur la communication. C’est tout. Oui oui, c’est tout.

    En te qui concerne Sophie, pourquoi dis-tu « C’est foutu. » !? Non, non et non ! Puisque tu as choisi d’afficher tes projets d’accessibilité, assumes-les jusqu’au bout et brandis les comme des atouts pour ton taff ! Tu as réalisé plein de belles choses sous EtreCréatif, tu as travaillé dans diverses boites, tu es intervenue à Paris-Web, mets tout cela en avant !

    Depuis que j’ai fondé MOOD, j’en fais une spécialité et très souvent les gens s’aperçoivent qu’en fait mon métier principal est… infographiste ! Si je puis dire, la boucle est bouclée…

    Allez, merde.

    Plein de courage, bisous.

  3. Bon courage pour ta recherche ! Pour le fait de mentionner ou non ta surdité, je suis la dernière à pouvoir te conseiller.
    Quelque soit ton choix,il déplaira à la moitié des recruteurs vu qu’il y en a forcément qui préféreraient savoir avant, d’autres qui s’en moquent.

    Fais ce que tu penses juste pour toi, la présentation de ton parcours, et les postes que tu convoites !

    Bises
    Lenaig

  4. Juste en passant, je répète un com’ que je t’avais laissé sur un épisode précédent : mon pote de chez Omnilog (bon je sais pas si ta spécialité les intéresse, mais malgré ma méconnaissance du sujet, j’ai envie de dire oui) pourrait recevoir ton CV sans souci.

    Hésite pas à m’écrire.

    Ah sinon, si, tu es forcément experte de quelque chose. En 10 ans (plus ?) d’activité pro t’as forcément développé une expertise dans certains domaines.

    Comme dit Stefhan plus haut, tu peux boucler la boucle avec tes activités de militante sur le sous titrage.
    Par exemple, (dans le genre lourde je me pose là) chez Omnilog, ils bossent sur des médias pour des chaines de télé.

    Bon courage dans tes recherches !!

  5. Moi j’ai deux ou trois choses à dire 🙂

    1. De toute façon si tu ne préviens pas que tu es sourde-oraliste, on devra tout de même le prendre en compte au moment de ton embauche, soit pour des questions de sécurité (alarme incendie, etc.) soit pour des simples questions de travail en commun (on va faire une réunion, Sophie tu n’as pas entendu ?). Donc l’indiquer de but en blanc, à mon avis ça simplifie le recrutement pour tout le monde.

    2. Ta déficience auditive n’est pas très bloquante pour nos métiers, ça vaut le coup de mettre en avant l’aspect non-bloquant lors des entretiens : vous économisez sur la prime Agefiph et moi je peux bosser. Ça peut paraître cynique aux non-initiés, mais on en est tous là : moi je ne postule pas sur un emploi où il faut conduire des engins parce qu’avec un seul œil c’est impossible. L’important est que selon sa déficience, chacun soit sur un créneau où elle est le moins handicapante.

    3. Les CV, j’en ai reçu plein : je te rassure, les gens sont tous experts de ceci-cela et ont tous manipulé 15 langages *en théorie*. D’expérience, c’est du flan quand on les met au pied du mur. Ce que je demande aux gens quand j’ai la chance de participer à un recrutement, c’est de connaître leur passion, et leur capacité réelle : quand je te file un test avec du HTML, du CSS, de l’accessibilité, j’attends que tu aies la bonne démarche, pas que tu m’aies à l’esbroufe avec du XML/Oracle/PHP/MySQL qui se dégonflent souvent pour finir en « oui en fait j’en ai fait une fois, mais je bossais avec des développeurs qui en faisaient ». J’ai un article colérique sur le sujet qui mijote depuis 3 ans.

    Tu as des atouts que tu peux mettre en avant, aussi : des capacités rédactionnelles impeccables notamment, ce qui est loin d’être le cas quand je rencontre des développeurs ; or c’est une compétence que je mets toujours en avant, c’est important dans le cadre d’une équipe avec des besoins de reporting, etc.

    Des bisous 🙂

  6. Je ne suis pas sourde… je suis vieille… et bien, sur un CV, je ne mets pas mon age… ils s’en apercevront à l’entretien et, entre temps, ils auront bien salivé sur tout ce que tu sais faire. La technique de Emma me semble intéressante

  7. Sur mon CV pour B&G où je bosse depuis 11 ans, je ne me souviens plus avoir mis mon handicap mais sans doute à la fin du CV, pour prévenir que j’étais « sourde appareillée » . A l’entretien, le patron passait outre de mon handicap sans pour autant le denier, il voyait d’abord mon book, il m’avait proposé 3 mois à l’essai, il m’a embauchée un mois après seulement. Merci de sa confiance, je lui en suis reconnaissante. Sophie, ne baisses pas les bras, il y a des patrons sympas sans préjugés. On peut ne pas indiquer son handicap, comme Emma a fait et sur place, tu le signales au départ et très vite tu parles de tes compétences.
    Bon courage, bises

  8. Bon courage à toi dans tes recherches, tu cherches dans quoi exactement ?
    C’est quand même dingue que les gens ne lisent pas les CV !
    En tous cas, je te dis bravo et te souhaite bonne chance dans tes recherches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *