New York, la ville qui ne dort jamais…

Après avoir passé ma soutenance de mémoire, j’ai pris quelques vacances bien méritées après 6 mois acharnés à essayer de reprendre le travail à temps partiel (digne d’une épreuve physique de Koh-lanta, qu’on se le dise…), de le conjuguer cette formation qui est enfin finie.

Cet été, nous sommes allés passer 10 jours à New York. Il me tardait d’y emmener notre minipixel qui n’est plus si mini mais assez grand pour se rappeler de ce voyage. Réservations faites au moins 6 mois à l’avance, nous n’avons pas trop planifié notre séjour ou plutôt nous l’avons fait ensemble à trois dans l’avion à l’aller.

Nous avons pris un AirBus 380 avec un petit luxe que nous nous sommes permis au moment de réserver les billets, la différence était moindre pour le confort qu’on pouvait y gagner. L’avantage de cette catégorie de siège (Eco Premium sur Air France) est qu’on a plus de place, on a pas le siège du voisin qui s’abat sur nous alors qu’on veut regarder le film, la possibilité de croiser les jambes, c’est pas négligeable quand tu as 8h30 de vol à l’aller. Et puis quand tu fais un certain gabarit, désolée mais moi avoir le popotin vissé dans un siège où j’ai la marque de la télécommande à l’arrivée sur la cuisse, non merci 🙂

Bref… Passons à l’essentiel ! Un superbe séjour qui a commencé avec 4 jours de temps magnifique qui nous ont un peu forcé à faire toutes activités en extérieur d’abord pour pouvoir profiter de cette météo si géniale.

Alors les activités que nous avons faites en prenant en compte que nous avions un ado de presque 11 ans avec nous :

  • Acheter une bonne paire de baskets pour qu’il puisse arpenter les rues de Manhattan qui peuvent s’avérer gourmandes en kilomètres. La trottinette sur les trottoirs de Manhattan, je la voyais mal. Ça aurait pu être possible dans le quartier de Brooklyn et encore, j’en suis pas certaine ;
  • Croiser des copains comme :
    • Sylvain et son petit frère qui sont pourtant pas si loin de nous en France,
    • Robin, un des instigateurs des Lightnings Talks (présentations éclairs en 4 minutes) de Paris Web, et qui est maintenant installé à là-bas. Un vrai régal.
    • Marlène, une vieille connaissance du grand-père maternel, qui a traversé l’Atlantique juste après la guerre de 1945, avec qui on prend plaisir à chaque voyage à l’appeler à l’arrivée en lui disant qu’on est là et prêts à passer du temps avec elle,
    • et pour finir Frank, un copain de lycée de Monsieur avec qui nous avons eu la chance de passer la journée dans le New Jersey en face de New York, ça donne tout de suite une idée de ce que peut représenter Manhattan de l’autre côté de la rivière au sud. Montrer aussi à notre fils ce que peut être la représentation de la vie à l’américaine. Une super journée mémorable pour nous trois.
  • Faire le tour de Central Park à vélo, j’avais anticipé en emmenant mon casque de vélo parce qu’avoir des implants cochléaires et un casque c’est juste insupportable quand tu as la pression des antennes sur le crâne, le deuxième avantage est que mon fils a pu profiter du casque puisque nous lui avons offert un skate-board fait sur mesure chez Zumiez, rien de plus beau comme cadeau d’anniversaire (qui a eu lieu en septembre) – passer toute une après-midi après avoir fait les repérages dans Central Park à faire du skate, regarder les choses qui pouvaient nous intéresser. On a eu droit à un chant de gospel, avec des mariés qui dansaient sur cette chanson, un groupe de jeunes qui faisaient tout un sketch mais en musique, c’était vraiment très chouette cette pause de verdure auprès des écureuils. On en a presque oublié les buildings !
  • Faire le Rockfeller Center, passage obligé pour avoir la vue globale de Manhattan.
  • Monter dans la Freedom Tower, un moment impressionnant pour nous 2, moins pour minipixel puisqu’il n’a pas vécu les attentats du 11 septembre. La dernière fois que nous sommes allés à New York c’était en 2012, elle n’était pas finie. Faire Ground Zéro était trop sensible pour nous, le hasard a fait que nous devions être à New York le 9/11/01 et nous y étions pas… Nous avions changé d’avis à la dernière minute pour rejoindre des amis en bord de mer française.
  • Faire le tour de Manhattan en bateau rapide en partant de Pier 25 du côté de Hudson River. Sensations garanties ! (Merci Robin pour le conseil, il était d’enfer !!!)
  • Prendre le Ferry de Staten Island pour voir la Statue de la Liberté à l’aller et au retour à moindre coût (zéro à vrai dire)
  • Aller à Luna Park de Coney Island, y passer la journée à faire les manèges avec minipixel, je les ai quasi tous fait sauf certains par rapport à mes implants. J’y ai même attrapé un coup de soleil, oui !
  • Voir le coucher de soleil sur Manhattan à partir de Dumbo, la nouvelle zone touristique, nous avions aussi pris la métrocard pour éviter la fatigue des kilomètres pour notre fils.
  • Testé des trucs improbables, manger des burgers qui étaient quasiment le triple de ce qu’on pouvait trouver ici, des glaces bien bourratives en sucre.
  • On a découvert qu’il y avait une 6 1/2 avenue à New York, si si.
  • Goûter tous les milkshakes possibles avec mon fiston et mon mari, c’était bien aussi (moins pour les kilos, soyons honnêtes)
  • Les « Concourses », qui sont en fait des souterrains qui permettent aux New Yorkais de pouvoir passer d’une avenue à une autre, voire même d’un bulding à un autre en passant sous-terre. Point de touristes… une découverte insolite.
  • Je dois en oublier encore…

Du côté des sons, j’ai redécouvert des sons que je n’entendais pas avec mes appareils alors qu’avec mes implants cochléaires si. J’ai entendu des crickets chanter, ça m’a paru tellement fort comme son que je n’y croyais pas. C’est fait, je connais désormais le chant du cricket américain. Je crois que c’est ce qui m’a le plus impressionnée lors de ce voyage.

Le respect et la tolérance que je trouve vis à vis du handicap notamment en ce qui concerne les implants cochléaires n’a rien à voir avec ce que nous pouvons avoir en France. Je n’ai eu aucune remarque quand il s’agissait de passer des portiques de sécurité que ce soit à l’aéroport ou aux monuments importants de la ville tout en montrant ma carte d’implantée. Certains disent qu’ils les passent sans problème, mais pour ma part, j’ai préféré suivre les recommandations de ma régleuse.
Éteindre les implants au décollage, et à l’atterrissage.
Signaler avant le décollage de France que j’étais sourde et qu’il y avait une prise en charge différente a été très bien perçu à mon arrivée aux USA. Je n’ai eu aucun problème à passer les services de sécurité et la douane.

À l’hôtel, certes un peu old school mais très bien situé, à 2 blocs de Central Park, le Wellington Hotel. Il y avait de quoi équiper à la demande certaines chambres pour les personnes déficientes auditives, c’était indiqué à l’accueil.

Concernant le son de la voix dans le métro, c’était assez drôle, car j’arrivais à reconnaître certains mots avec le support écrit de la station (certaines rames de métro ont été modernisées et sont équipées d’un écran montrant la destination mais aussi la prochaine station).

Faire quelques emplettes toute seule chez TJ-Maxx (ben oui, le skate ne rentrait dans aucune valise, j’ai évidemment racheté une valise !), ou chez Macy’s ou Barnes and Nobles, je me suis sentie libre, y compris en parlant en anglais même si parfois ils comprenaient pas, je répétais et il y avait une patience en face. Ça, c’est quelque chose que je ne suis pas prête de trouver en France.

Je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner. Si vous avez des bons plans, n’hésitez pas à partager ! Je referai un billet un peu plus détaillé sur les activités que nous avons faites.

Au fait, avez-vous pris vos places pour Paris Web ? Dernier jour avant une augmentation de 10% des tarifs !

 

Une réflexion sur « New York, la ville qui ne dort jamais… »

  1. L’ anglais étant bien souvent la 2ème, voire la 3ème ou 4ème langue des New-Yorkais, vu le mutliculturalisme de la ville, le fait qu’ils ne te comprennent pas du premier coup, mais qu’ils restent patients est totalement normal.
    Et ce, en plus peu importe comment tu t’exprimes. J’adore ce côté nord américain ouvert à la différence, quelle qu’elle soit.
    Tu m’as donné plusieurs idées pour notre voyage là-bas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.