Recrutez une personne handicapée, vous aurez bien des surprises…

Sophie à 5 ans, avec des plumes dans les cheveux comme les indiens

Jour 3 du calendrier de l’avent.

Aujourd’hui c’est la journée internationale des personnes handicapées selon les Nations Unies. Je profite un peu de cette journée internationale pour parler de l’emploi.

  • 15% de la population mondiale vit avec un handicap
  • 80% des handicaps sont invisibles
  • 6 millions de personnes sourdes et malentendantes
  • 14% des personnes handicapées sont au chômage (!) (source)

MonParcoursHandicap.fr cite quelques chiffres et les différentes lois qui ont été promulguées en France dont la loi du 11 février 2005.

Cette semaine, j’ai lu un article qui parlait de l’emploi des personnes handicapées. Sur le coup, j’étais contente et quand j’ai lu l’article, dans ma tête, un petit vélo s’est mis en marche et il a mouliné. Ça vous intrigue ?

Petit flashback : en 2002, je me suis retrouvée sur le marché de l’emploi quasiment du jour au lendemain. Suite à ce choc, j’ai été immobilisée pendant de longs mois. Mon dos m’avait dit stop, comme on dit « J’en avais plein le dos ». J’avais un corset moulé sur mesure, une collection de marcels en coton qui me permettaient de le supporter toute la journée et la nuit. J’avais le moral à zéro parce que je ne pouvais pas bouger, m’asseoir était terrible, allongée c’était l’enfer. Aucun position ne me permettait d’être confortable et d’espérer une issue positive (spoiler :oui, il y a eu une issue positive mais uniquement grâce à un ami et mon cher et tendre et moi). Heureusement pour mon moral, à cette époque une bande de copains étaient venus fêter mes 25 ans par surprise. Personne ne devrait vivre ce genre de choses à 25 ans quand on arrive sur le marché de l’emploi, surtout quand on est en situation de handicap.

Quand on est jeune, on est motivé, plein d’espérance, d’envie, de courage, avide de découvertes professionnelles. J’ai été naïve de penser que ça se passerait bien dès le départ. J’ai même fait du porte à porte faute de ne pouvoir téléphoner pour décrocher des entretiens, j’ai été confrontée à des interphones qui sont l’enfer incarné pour les personnes sourdes. Internet n’était pas aussi répandu qu’aujourd’hui.
La leçon que j’en tire aujourd’hui est que j’ai rebondi comme j’ai pu.

Pour en revenir à l’article que j’ai lu : Pénurie de main d’œuvre : les deux tiers des employeurs se disent prêts à embaucher des personnes en situation de handicap, 64% des recruteurs se disent prêts à embaucher. C’est bien, mais combien passent réellement à l’action ? 35% voient l’insertion et l’emploi des personnes en situation de handicap comme une priorité. Le chiffre est divisé en deux quand il s’agit de priorité.

Petite note pour l’auteur de l’article de France Info : parler d’une personne handicapée comme un « handicapé apporte un plus à l’entreprise » c’est pas très respectueux et très maladroit. Nous sommes des humains, comme vous.

Dans l’article, il est dit « les employeurs sont de plus en plus nombreux à percevoir les personnes en situtation de handicap comme une manière de stimuler la performance et l’innovation au sein des équipes ».

C’est peut-être vrai, mais il faut penser aussi que si on inclut une personne handicapée dans ses équipes, il faut faire le nécessaire pour que celle-ci soit à égalité avec les autres. Ca fait écho à un post linkedin que j’avais fait récemment. Quand on intègre une personne handicapée dans ses équipes, on aménage le poste déjà en premier lieu par rapport aux besoins de celle-ci et surtout on n’attend pas. Si c’est un jeune collaborateur, on fait intervenir les professionnels qu’il faut pour que tout soit pris en compte (y compris l’évacuation en cas d’incendie dans le bâtiment !).
On adapte sa communication interne, on fait ce qu’il faut pour qu’il y ait égalité à tout moment.

Par contre, la personne handicapée, elle n’est pas là pour d’abord pour votre performance, stimuler vos équipes. Elle est là d’abord parce que vous avez besoin de ses compétences professionnelles, pas de son handicap. J’ai vécu une époque où on recrutait uniquement à cause du quota, et franchement, une des pires expériences de ma vie.

Petit point important : la rémunération de la personne handicapée. On en parle jamais. Un sujet tabou je crois, peut être que je me trompe ou je me débrouille pas bien. Mais ce n’est pas parce qu’elle a un handicap qu’elle doit être moins bien payée, parce qu’il faut aménager son poste et que ca va vous coûter (les aides sont là pour ça aussi), parce que vous touchez des aides pour le recrutement de celle-ci qu’il faut en profiter.
Une personne en situation de handicap, est en fait, un collaborateur au même titre que les autres. Combien de fois j’ai été choquée de voir que j’étais moins bien payée que mes collègues… Je trouve ça choquant et triste. Pensez-y si vous devez recruter un collaborateur en situation de handicap, pensez à ses compétences pas à ce qui lui manque pour être comme vous.

Je suis sourde, je n’ai pas la même vision de ce qui m’entoure comme vous. Je vais penser à des choses qui me sont nécessaires et pas évidentes pour vous mais qui vous serviront aussi par ricochet.

Je pourrai vous reparler dans un autre billet, les différentes aides possibles pour les personnes sourdes à l’emploi.

C’est là, la richesse de la diversité. Avoir des personnes différentes de tous horizons (pas uniquement le handicap) vous permettra d’assurer l’égalité, la bienveillance, l’empathie et parfois des relations amicales que vous ne soupçonneriez dans vos équipes… 🥰

23 jours pour parler des choses qui me tiennent à cœur

Minipixel avec une casquette sur une mer turquoise et ciel bleu.

Deuxième jour du calendrier de l’avent.

J’écris le contenu de ce billet avant même d’avoir le titre, parce que les titres accrocheurs, ceux qui peuvent attirer votre attention généralement sont tirés du contenu que j’ai écrit.

Depuis hier, je m’interroge sur ce que je pourrais écrire pour vous interpeller sur certains sujets, vous sensibiliser sur les sujets qui me tiennent à cœur, ou bien tout simplement écrire un pan de ma journée vécue en tant que personne sourde implantée et oraliste. J’ai navigué ce matin sur internet, à chaque sujet j’avais une idée de billet mais je n’ai pas envie de me mettre la pression.

Qui suis-je ?

Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas, je suis une femme, sourde, bi-implantée cochléaire, oraliste pas sourde-muette (ce terme qui est employé à tort : je suis une personne qui parle, qui n’est pas ventriloque), mère, épouse, experte ou consultante (peu importe) en accessibilité numérique tout ça à la fois. L’ordre des mots qui me définissent m’a toujours posé un problème. Ça ne fait pas si longtemps que le terme « femme » est avant le mot sourde. Avant je me définissais par mon handicap, sauf que mon handicap n’est qu’une partie de moi.

Motivation du jour

Ce matin, je me suis levée en ayant faim. Je n’ai pas mis mes implants cochléaires tout de suite. Je suis restée dans ma bulle tout en faisant attention au bruit que je pouvais faire. J’ai préparé ma pâte à pancakes, je les ai cuits dans la foulée. Pendant qu’ils cuisaient, les pensées se bousculaient dans ma tête.

Je réfléchissais à ce que j’allais bien pouvoir écrire ce mois-ci. La motivation est là, les sujets aussi. Il ne me reste qu’à trouver l’angle qui va bien comme à chaque billet que j’écris.

Je veux écrire, exposer les choses, provoquer une réflexion (pas la guerre) chez l’autre pour que les choses avancent. Je veux pas écrire pour juste écrire, ça serait trop facile. Sinon faudrait que j’écrive un livre, mais ca c’est pas pour ce mois-ci, quoique, qui sait. Jamais fermer les portes je crois, toujours se laisser une possibilité de réaliser ses rêves ou alors suivre son instinct ?

Les sujets

Pour ce mois-ci, j’ai envie de vous mettre à contribution. Dans quel ordre vous présenter les billets ?

  • l’accessibilité numérique dans sa globalité, tapez 1
  • l’accessibilité des médias sur internet, tapez 2
  • la surdité et la vieillesse, tapez 3
  • l’emploi des personnes handicapées, tapez 4
  • le quotidien d’une personne sourde implantée sur internet (ou dans la vraie vie), tapez 5 ou 6 (pour la vraie vie)
  • la surdité et la maternité, tapez 7
  • la surdité et la parentalité, tapez 8
  • la santé mentale, tapez 9

Il y a tellement d’autres sujets possibles : faites-moi une proposition ! 🙂

Photo de mon fils scrutant l’horizon au large de l’île Maurice – 2007

Premier jour de décembre 2022

Coucher de soleil sur New York, le pont de Brooklyn au premier plan, Soleil qui se reflète sur le fleuve de l'Hudson

J’ai envie de m’essayer à l’écriture pendant 24 jours, comme le calendrier de l’avent. (Merci Marjolaine pour l’inspiration … )

Premier jour.
Premier jour de décembre.
Premier jour de décembre que j’essaie d’apprécier avec cette bonne nouvelle. Après avoir été en convalescence, je peux enfin reprendre lundi prochain.

Je suis contente, mais j’ai peur en même temps.
Peur de quoi ? Je ne sais pas.
Peur de ne pas y arriver, peur de ne pas être à la hauteur, peur de tout ce qui va arriver.

Continuer la lecture de « Premier jour de décembre 2022 »

La santé mentale, ce n’est pas un virus.

Fleur pensée jaune prise en gros plan

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de la santé mentale. Voilà déjà un peu plus d’un mois que je vous en parlais ici et ici. Il est plus que temps de libérer la parole et de faire de ce sujet de quelque chose de légitime.

Pas un sujet tabou.

Non.

La définition est la suivante :

(…) comme un état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté

OMS – Organisation Mondiale de la Santé

La dépression et les burn-outs, ce sont des sujets qui sont d’actualité et qui me tiennent à cœur aujourd’hui pour être passée par là plusieurs fois. Je me rends compte quand on évoque ces mots, le silence, le vide se fait autour de nous. Et franchement, je l’ai déjà dit, c’est terrible.

Continuer la lecture de « La santé mentale, ce n’est pas un virus. »

Dépression, burn-out et handicap, sujets sensibles ?

Sophie en combinaison de plongée dans l'eau les bras écartés

Voilà 20 jours que j’ai posé ces mots ici. Quand je les ai posés, je les ai vraiment écrits dans la foulée de l’émotion que je ressentais au moment de l’écriture.

Oui, l’illustration de ce billet n’est pas tout à fait en adéquation, mais j’ai envie de dire que si. On flotte, on nage entre plusieurs eaux, et être en équilibre comme ça, c’est pas si évident. J’avais pas envie de quelque chose de triste.

Ce billet encore une fois ne sera peut être pas structuré comme il le faudrait, en fait, l’important est d’exprimer quelque chose qui ne se dit pas ou ne se partage pas. Et puis, je n’ai pas beaucoup lu de témoignages de personnes handicapées ayant vécu une dépression / burn-out. À toutes fins utiles…

Continuer la lecture de « Dépression, burn-out et handicap, sujets sensibles ? »

Demain, ça ira mieux.

Paquet de mouchoirs vide de marque Lotus

Il y a un peu plus de 2 ans, j’ai fait une grosse dépression. J’en ai jamais reparlé vraiment sur ce blog. C’était au départ un burn-out mais qui a caché un mal-être bien plus profond. Je ne me suis jamais exprimée sur la question car c’est un sujet sensible pour moi bien que je sois en accord avec la plupart des contenus que je peux lire sur Internet. Un jour peut-être.

Comme je n’entends pas, je passe mon temps à compenser et surcompenser si bien que la plupart du temps, l’impression qu’on a que je comprends tout, que tout va bien.

Mais ma vie, c’est un peu comme la dictée à trous.

Continuer la lecture de « Demain, ça ira mieux. »

Perdre un chat quand on entend pas

chat noir sur un coussin rouge

Samedi soir, je reçois un message de ma voisine me disant qu’elle avait vu un de nos chats sur son balcon. Sachant que j’avais fait le nécessaire pour sécuriser cet espace extérieur, Suki avait réussi à contourner cette installation.   

L’objet de ce billet n’est pas la sécurité des balcons ou des fenêtres que ce soit clair. Nos fenêtres sont sécurisées.

Je la vois sur notre balcon, je la dispute et la fais rentrer. Elles ne vont sur notre balcon que sous notre surveillance, même s’il est sécurisé. Je commence à chercher sa sœur par mesure de sécurité car elles sont très fusionnelles.
C’est deux gouttes d’eau, toutes les deux noires avec une tache sur le poitrail. Les seules différences sont au poids et au toucher.

Avec mon mari et mon fils, on commence à vérifier tous les recoins de l’appartement. Tâche facile on dirait mais comme j’entends pas, ça change tout, oui, oui. 

Continuer la lecture de « Perdre un chat quand on entend pas »

Écoutez à travers mes implants cochléaires

Assise sur un siège sur le quai du rer. Je dégaine mon téléphone pour écrire ce que je ressens, ce que je vis. Essayer de prendre du recul, c’est pas si facile alors que je le voudrais tellement.

Entendre tous les détails que vous pouvez pas imaginer. Essayer de les identifier. Ce que je fais à chaque fois que je sors de chez moi. Je trouve cet exercice fatiguant à force, surtout qu’il est malgré moi.

Je ne peux pas m’empêcher d’écouter, d’être à l’affût de tout ce qui m’entoure dans ce monde sonore.

Continuer la lecture de « Écoutez à travers mes implants cochléaires »

Mettre du piment dans ma vie sonore !

Deux implants cochleaires Nucleus 7 face à face formant un cœur au centre de la photo

J’ai eu droit au renouvellement des processeurs d’implant cochléaire après 5 ans de port intensif. J’attendais beaucoup de ce changement, j’étais stressée et excitée à la fois. De la nouveauté de quoi mettre du piment dans ma vie sonore ! 

Stressée parce que je ne savais pas comment ça  allait se passer même si je garde un souvenir assez vif de l’activation de mes implants. Excitée à cause de la nouveauté technique, j’ai toujours eu un faible pour les dernières nouveautés.

Puissance

Tout d’abord, un processeur plus puissant dans le traitement du son. Rien qu’en gardant le même réglage, je me suis rendue compte de la différence du son que j’entends. 

Continuer la lecture de « Mettre du piment dans ma vie sonore ! »

On est faits pour s’entendre

Pascal Elbé, le héros est dans les bras de son amoureuse, Sandrine Kimberlain. Ils sourient tous les deux

J’ai été voir le film « On est faits pour s’entendre » au cinéma vendredi soir en version française sous-titrée. (VfST)

Résumé du film

Antoine semble n’écouter rien ni personne : ses élèves (qui lui réclament plus d’attention), ses collègues (qui n’aiment pas son manque de concentration), ses amours (qui lui reprochent son manque d’empathie) … Et pour cause : Antoine est encore jeune mais a perdu beaucoup d’audition. Sa nouvelle voisine Claire, venue s’installer temporairement chez sa sœur avec sa fille après la perte de son mari, rêve de calme et de tranquillité. Pas d’un voisin aussi bruyant qu’Antoine, avec sa musique à fond et son réveil qui sonne sans fin. Et pourtant, Claire et Antoine sont faits pour s’entendre !

Mon avis

Ce film parle de surdité, de malentendance plus exactement. Pascal Elbé, le héros du film mais aussi le réalisateur du film est devenu malentendant comme il le dit. 

Continuer la lecture de « On est faits pour s’entendre »