On est faits pour s’entendre

Pascal Elbé, le héros est dans les bras de son amoureuse, Sandrine Kimberlain. Ils sourient tous les deux

J’ai été voir le film « On est faits pour s’entendre » au cinéma vendredi soir en version française sous-titrée. (VfST)

Résumé du film

Antoine semble n’écouter rien ni personne : ses élèves (qui lui réclament plus d’attention), ses collègues (qui n’aiment pas son manque de concentration), ses amours (qui lui reprochent son manque d’empathie) … Et pour cause : Antoine est encore jeune mais a perdu beaucoup d’audition. Sa nouvelle voisine Claire, venue s’installer temporairement chez sa sœur avec sa fille après la perte de son mari, rêve de calme et de tranquillité. Pas d’un voisin aussi bruyant qu’Antoine, avec sa musique à fond et son réveil qui sonne sans fin. Et pourtant, Claire et Antoine sont faits pour s’entendre !

Mon avis

Ce film parle de surdité, de malentendance plus exactement. Pascal Elbé, le héros du film mais aussi le réalisateur du film est devenu malentendant comme il le dit. 

Ce film reprend une bonne partie du vécu de Pascal Elbé. Découvrir qu’on entend moins bien, accepter sa surdité soudaine, ça n’est pas toujours facile et bien vécu. 

Pascal l’a bien montré dans ce film. La bande son a été travaillée de manière à montrer au spectateur le ressenti de la personne devenue malentendante. C’est réaliste. 

Pascal Elbé est dans une cabine d'audioprothésiste. Il a un casque sur les oreilles et a un air concentré.
Dans la cabine de l’audioprothésiste, en train de passer un audiogramme

Les séquences sont tout à fait représentatives pour une personne qui devient malentendante, mais aussi une personne qui a été implantée et qui redécouvre le monde sonore.

Coup de cœur

J’ai aimé ce film, car pour une fois il met en avant la personne malentendante / sourde oraliste dans la société. 

Ce détail a le mérite d’être souligné. Tous les films que j’ai vus jusqu’à présent parlaient souvent de langue des signes, de culture sourde. Cette fois-ci, le sujet est effleuré mais la lecture labiale prend le dessus. 

J’ai souri, j’ai ri et j’ai pleuré. Un film à la fois romantique et un peu dramatique avec la prise de conscience de la surdité. Mais parfaitement dosé. 

Avec des expressions qui auraient pu être dites par moi, comme celle-ci par exemple : « Arrête avec les chips, cest insupportable ! » 

Je me suis reconnue dans bien de nombreux passages, c’est bien la première fois que j’ai ri à cœur ouvert dans un cinéma. 

Cela ne m’était jamais arrivé. 

Bref, vous voulez ressentir un peu ce que j’ai vécu quand j’ai eu mes implants, mais aussi quand j’étais appareillée, foncez voir ce film ! 

Note : Pour les séances sous-titrées en français puisque c’est un film français allez sur www.cinest.fr

Je vous ai mis le dossier de presse du film en bonus si jamais cette thématique vous intéresse (il n’est pas accessible aux malvoyants, mais si besoin de repartager tout ça sous un autre format, signalez-le moi)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.