13 novembre

Il y a deux ans, j’étais à mon domicile.

Mon mari était rentré exceptionnellement tôt en prévision du match qui allait avoir lieu au stade de France. Il avait anticipé le fait de devoir remonter l’avenue du stade de France à contre-courant quelques heures avant le début du match.

Nous ne nous sommes rendus compte qu’après les attentats que nous avions eu une chance exceptionnelle qu’il ne soit pas sur les lieux quand la bombe a explosé. Continuer la lecture de « 13 novembre »

Changement de décennie, 40 ans.

Parait qu’aujourd’hui c’est mon anniversaire. Oui, je suis née un 10 novembre il y a 40 ans, déjà. Merci Maman, merci Papa, sans vous je n’existerais pas.

C’est vrai que je n’étais pas obligée d’écrire pour mes 40 ans, mais vu que je dois être dans la thématique pour #blogvember c’était l’occasion ! (et puis, ca m’empêchera pas de continuer à le fêter tout le mois de novembre tiens…)

Pour fêter ça et clore l’année en beauté suite à ma bi-implantation (dans quelques jours), j’ai eu droit à un rendez-vous pour la consultation génétique à l’hôpital. Cette consultation consiste à savoir si ma surdité est génétique ou pas. Honnêtement, ça ne changera rien pour moi aujourd’hui, ça ne permet que de savoir en l’état sur son patrimoine génétique et puis sait-on jamais… Je serai simplement fixée sur l’origine de ma surdité. Continuer la lecture de « Changement de décennie, 40 ans. »

#NonAuHarcèlement

Pour faire écho à l’enfance publiée ce matin sur mon blog, je me permets de rebondir sur le #NonAuHarcèlement. Encore une fois, une campagne qui me fait sortir de mes gonds parce que je suis aussi maman d’un petit garçon de 10 ans.

Ne connaissant pas vraiment l’origine de ma surdité, il aurait pu naître sourd lui aussi. Ce n’est pas le cas et il est quand même concerné par cette campagne. Mais je pense aux enfants sourds / malentendants, qui eux encore une fois, vont être oubliés puisque cette campagne ne comporte qu’un numéro principal :  le 3020 ainsi que 2 numéros verts (« Net écoute » et  « Non au harcèlement ») Continuer la lecture de « #NonAuHarcèlement »

Ma wish-list d’anniversaire

Gâteau avec des couches superposées de couleurs de l'arc-en-ciel

C’est en lisant le billet de Marjoliemaman que je me suis dit que je pouvais en faire une, parce qu’effectivement j’ai souvent un tableau où j’épingle quelques trucs qui pourraient me faire plaisir au cours de l’année et je revois de temps à autre si ca tient toujours, si c’est vraiment essentiel ou pas. Et, j’ai pas forcément envie de me retrouver avec un cadeau qui ne me correspond pas.

Je vais changer de décennie bientôt (3 semaines et demi). Ouais. Mais dans ma tête, j’ai pas l’impression d’avoir cet âge là, j’ai l’impression d’en être loin encore et c’est tant mieux je dirais. Continuer la lecture de « Ma wish-list d’anniversaire »

Les voyages, l’espoir font vivre…

Ce soir, je suis les pieds en éventail à l’ile Maurice avec mes deux gars… Profiter de ce petit vent qui est permanent mais qui te permet de ne pas cuire au soleil, déguster une noix de coco fraîchement tombée, plongée à 4 mètres voir les coraux sans les toucher ainsi que les poissons tellement colorés qui viennent te picorer les bulles d’air sur ta combinaison de plongée ou les avant-bras… ou encore aller manger un bol renversé chez « Salut les Copains » ou aller manger une assiette de fruits de mer qui en vaut le détour qu’on en est capable de traverser tout l’île rien que pour ce plaisir.
 
Dans une semaine, je suis à New York tous les 3, profiter de ceux qu’on aime pour les voir. Frank, Robin, Marlene et Marjena. Marcher, explorer les rues de Manhanttan, échanger avec les gens qui nous entourent dans certains magasins. S’asseoir, contempler, écouter ces mouvements de foule, la variété de langues qui se trouvent à NYC, entendre le bruit du ferry, aller voir Ellis Island, les lumières qui font rêver ainsi que la skyline.
 
Dans 15 jours, je suis avec mes gars et Emmanuel qui vit au Japon avec sa petite famille depuis très longtemps mais que je ne connais que par les réseaux sociaux et mon mari. Se retrouver avec nos familles, profiter de ce séjour pour découvrir le japon avec quelqu’un qui y vit comme lui ou Karl… Découvrir ces jardins japonais si zen entre autres…
 

Mais non chers amis, les voyages écrits plus hauts ne sont que des rêves qui font que j’ai encore de l’espoir de faire mieux, d’aspirer à une vie normale ponctuée de voyages rêvés. Non, je ne suis pas partie, ce ne sont que des rêves.

J’aimerais bien réaliser à nouveau après ces deux années difficiles au niveau de la santé. Redécouvrir ces sons, bruits d’ailleurs, je suis persuadée que ces voyages,  que c’est aussi une forme de réeducation. 

La santé va mieux, le bruit est pas mon pire ennemi (honnêtement, il est pas loin), mais comme on pourrait dire : « c’est compliqué ». Je vais faire en sorte que ce soit pas compliqué à expliquer et donner quelques nouvelles dans quelques jours.

La certification Opquast

J’ai pu monter en compétences malgré les difficultés quotidiennes de ma convalescence que je traversais. Ça a été une bulle d’air en dehors de cet univers médical qui m’entourait.

Opquast m’a permis d’évaluer mon degré de maîtrise des bonnes pratiques du Web que j’appliquais par petites doses au travail quand je le pouvais. Cette expérience m’a permis de garder un pied dans l’univers du web pendant les moments difficiles.

Comment s’est passée ma certification ? 

J’ai choisi de la passer en « candidat libre ». Une fois l’inscription effectuée, vous recevez vos identifiants à la plate-forme d’entraînement qui est identique à celle que vous aurez pour l’examen final. 

Prenez le temps de bien lire le guide de certification ainsi que le livre de la Qualité Web, n’hésitez pas à l’ouvrir même 5 minutes quand vous avez un petit moment de libre (dans le métro, à la plage, dans les endroits incongrus, partout, surtout que la version numérique est fournie avec la version papier, plus d’excuses !). Continuer la lecture de « La certification Opquast »

Au revoir 2016, bonjour 2017 !

En lisant le billet de Nicolas et Laurence, que je me suis dit que j’allais faire pareil. Juste pour garder une trace de cette année 2016 et une vision de ce que je pourrais espérer en 2017.

Au revoir 2016

Monde extérieur

2016 m’a paru être une hécatombe. De nombreuses personnes célèbres sont décédées cette année en terminant par Carrie Fisher qui m’a fait réaliser qu’un pan de ma jeunesse était partie avec elle. L’ambiance quotidienne avec les attentats et l’état d’urgence que je trouve angoissants au quotidien. Les médias sont incontrôlables, pas forcément accessibles en temps et heure. Ils sont, pour le coup, terriblement anxiogènes. Pour ma part, j’ai coupé la télévision. J’ai un peu fait l’autruche, c’est certes égoïste, inconscient mais ca m’a permis de me préserver. C’est aussi comme ça que j’ai un peu lâché de lest sur les réseaux sociaux.

Les conférences

J’ai participé à Braillenet en 2016, j’y suis intervenue en tant qu’utilisatrice d’objets connectés, je me rends compte que je n’ai pas encore écrit sur ce sujet, alors que je me l’étais promis…
Par contre, je me suis investie dans l’association de Paris Web, car je ne voulais pas que l’aventure s’arrête en 2015.
C’était la première conférence accessible aux personnes sourdes et malentendantes, il m’était inconcevable que cela puisse disparaître. J’ai été heureuse de voir le résultat attendu en septembre dernier même si cela a demandé beaucoup d’énergie et de temps.

Monde sonore

J’ai eu une grande période de vertiges, une baisse d’audition importante, une décision qui a été prise en 4 mois et demi entre l’annonce et l’opération pour avoir une double implantation cochléaire. Cette année a été difficile au niveau de la santé.

DIY

J’ai pas mal déconnecté du fait de ma santé qui ne me permettait pas d’être aussi active que je l’aurais voulu sur le web, un mal pour un bien. Je me suis mise activement à la couture, j’ai refait une bonne partie de mes hauts de vêtements et tricoté aussi. L’origami et le kirigami ont été aussi présents au quotidien ainsi que le lettering. Je n’ai pas montré grand chose.

Bonjour 2017

Pas de résolutions en vue, je vais simplement lister des choses qui me tiennent à cœur.

J’ai réussi à me défaire de la peur de manquer une information (FOMO – Fear Of Missing Out), mais j’ai encore pas mal de travail personnel à faire.

J’aimerais coudre et tricoter davantage, mais aussi oser des choses que j’ai pas encore portées, comme des robes. Je ne couds pas ça par économie, c’est un plaisir.

J’aimerais partager et écrire davantage mais je ne sais pas comment faire, ni par où commencer, les sujets étant tellement variés. Peut-être déjà commencer par écrire ici sur tous les sujets qui me tiennent à cœur.

J’aimerais bien proposer des sujets en conférence, mais vu qu’en 2016 j’ai un peu lâché le web, c’est compliqué.

Faire en sorte que l’édition 2017 de Paris Web soit aussi fabuleuse que celle de l’an dernier, oui, il faut avoir des ambitions.

J’aimerais bien écrire un livre mais … j’en doute encore, peut être que oui, peut être que non.

J’aimerais contribuer davantage à un web de qualité et accessible.

J’espère arriver à passer une ou deux certifications, genre Opquast et Voltaire, hein….  Ca serait une super fierté personnelle si j’y arrivais et que le résultat est à la hauteur de mes attentes (essayer de ne pas être trop exigeante avec moi-même c’est aussi quelque chose que je devrais faire).

J’aimerais bien voyager, aller loin avec mari et enfant ou en amoureux, profiter de la vie et des gens sur qui j’ai pu compter ainsi que ceux qui m’ont soutenue en 2016.

Mes souhaits sont peut être décousus mais ça m’est égal, l’important est que ca soit écrit.

J’ai certainement pas répondu à tous les mails, messages de bonne année. Ce n’est pas volontaire, j’ai vraiment lâché mon portable à cette période de l’année.

Je vous souhaite mes meilleurs vœux 2017, n’hésitez pas à prendre soin de vous, de dire à vos proches que vous les aimez et encourager ceux que vous appréciez.

Une petite série animée enfantine : Will

Petit garçon en fauteuil dans une cour de récré avec une copine et en arrière plan un tobboggan et une marelle

Il y a sur France 3 un petit dessin animé à destination des enfants.

Will, un enfant de 9 ans en fauteuil qui se la raconte face caméra. S’il n’a pas l’usage de ses jambes, il est toujours à fond, débordant d’imagination, et vit à 100 à l’heure au contact de sa bande de copains et de sa famille. Une série au ton impertinent et sans complexe.

C’est une série que je viens de découvrir et que je trouve excellente car on ne met jamais les enfants handicapés en premier rôle.

Vous trouverez les deux épisodes qui ont été déjà diffusés ainsi que la programmation des prochains épisodes ici : http://www.france3.fr/emission/will

Par contre, j’ai un regret sur l’horaire de diffusion, elle passe à 8h30 pile au moment où les enfants vont à l’école. Je vois pas trop l’intérêt de diffuser des dessins animés à ce moment là sachant que la majorité de ces enfants sont à l’école à cette heure-ci. C’est un demi-effort je dirais !

D’autant plus qu’elle ne dure que 4 minutes, il serait bien plus facile de le placer entre 2 dessins animés « cultes » aux alentours de 7h30, ca toucherait davantage d’enfants, ou à un autre moment de la journée quand les enfants sont à la maison après 16h30/18h. Mesdames, Messieurs de la programmation France 3, faites un effort !

Bonus : les épisodes sont bien sous-titrés sur le replay (ça a le mérite d’être souligné car ce n’est pas automatiquement le cas)

Les défis #sanslesyeux

Capture d'écran du site internet de l'association Valentin Haüy

L’association Valentin Haüy met en ligne 3 défis, un défi par semaine dans le but de sensibiliser les voyants d’un quotidien sans la vue.

Les vidéos sont très explicites, je trouve que les défis qui ont été proposés par l’association devraient être repris par les services RH des entreprises qui souhaitent sensibiliser leur personnel aux situations de handicap. Ici, ce n’est que pour la vue, mais elle est tellement importante, mine de rien.

Il m’arrive souvent de me poser cette question, et si je perdais la vue alors que j’ai déjà perdu l’ouïe ? J’ai déjà cette chance de pouvoir connaître mon clavier par cœur.

Apprenez votre clavier par cœur, c’est toujours utile au quotidien, ça va toujours plus vite, et puis, on ne sait jamais… Continuer la lecture de « Les défis #sanslesyeux »

Réflexions du matin

Si seulement, j'avais autant de temps que d'idées. (oui, ça serait bien !)

Assise dans le fond du bus, j’arrive à la gare. Les gens se précipitent pour sortir alors que le bus n’est pas encore garé. Je garde mon mal en patience, je me dis que je ne sortirai pas plus vite que ces messieurs qui rechignent à être galants et ces dames qui se pressent avec leur sac plus gros qu’elles….

« Chacun pour soi » doivent-ils penser.

Le chauffage me brûle presque le pantalon. J’ai hâte de sortir moi-aussi.

Il est de ces matins d’hiver qui sont doux et le chauffage à fond. Quel dommage de mettre le chauffage à fond dans ces véhicules où les portes sont tout le temps ouvertes en fin de compte… Continuer la lecture de « Réflexions du matin »