Accessiday, y’a pas mieux pour tester de nouveaux appareils !

Je n’avais pas connaissance de cet événement jusqu’à ce que je sois contactée par Willy Leloutre en février pour justement rendre cet évènement accessible.

Février passe, je suis sans emploi début mars.
Je me décide à proposer une conférence à l’équipe d’Accessiday.
Une conférence sur l’accessibilité des objets connectés.
Ça tombe bien, je viens juste de tomber dedans, j’ai installé de la domotique chez moi pour avoir une maison « accessible ».

1er avril : j’apprends que ma proposition a été retenue.
Non, ce n’est pas un poisson d’avril. Joie et stress !

Le temps passe, les slides de ma conférence ne sont toujours pas prêts. Peur de ne pas y arriver, peur de … toujours ce même stress avant de passer sur scène, ou à la casserole si j’ose dire.

Mi-mai, j’apprends que la 1ère édition d’Accessiday ne sera pas accessible en vélotypie à mon plus grand regret. L’équipe d’Accessiday en est consciente mais je suis contente d’y aller, contente parce que ma proposition a été retenue. On se dit qu’on trouvera tous un moyen pour que je puisse suivre. Une véritable mobilisation, ça, ça m’a vraiment touchée. Que des personnes se mobilisent pour que je puisse arriver à suivre sans trop de mal.

J-3 arrive. Le stress est à son comble. Je suis insupportable. Comme une gosse qui sait pas ce qu’elle veut. Mon mari me rassure, les gens qui me connaissent me rassurent. Je vais vers l’inconnu. Un sujet que je maitrise depuis peu de temps contrairement au sous-titrage.

Jour J. Ma valise est prête. Je pars de chez moi en bus avec mon petit joujou bluetooth qui me permet d’écouter de la musique dans le bus sur mes appareils, mon ordinateur, ma clé usb contenant ma conférence, tout mon matériel.

Le nœud au ventre est de plus en plus présent. 15 jours après avoir eu mes nouveaux appareils, j’ai encore un peu de mal à maîtriser ma voix. Elle est différente, plus nette, plus aigüe. Je me convaincs que je vais y arriver, avec ces nouveaux bruits que je ne connais pas encore.

On prend le train avec mon fan number one, mon mari. Je finalise ma conférence pendant le trajet. Merci la 4G sur l’iPad. Durant le trajet, je découvre encore de nouveaux objets connectés que j’hésite à intégrer à ma conférence. Je les garde au chaud pour plus tard.

J’entends mieux les bruits de la ferraille, une espèce de « cataclop, cataclop » comme si on était à cheval. Oui, je sais, j’ai beaucoup d’imagination… Un bruit qui berce malgré le roulis du train.

Arrivés à Caen, sous un ciel gris, mais le soleil est dans mon cœur.
Je suis contente de retrouver des personnes que je connais.
De faire la connaissance de Sylvain et de Willy, l’équipe qui assure !

Une soirée orateur avait été prévue, pour justement faire connaissance, et y aller plus sereinement le jour J. J’ai été ravie de faire connaissance avec ceux que je ne connaissais pas voire même mettre un visage sur un pseudo avec qui j’avais échangé auparavant 🙂

Le jour J.
Une introduction à Accessiday par Willy et Sylvain, que je comprends facilement car je suis au premier rang et surtout j’ai eu le temps d’apprendre à les connaître la veille.

Une mise en bouche délicieuse par Delphine, une conférence qui était vraiment très claire et qui était présentée de façon ludique. Je suis convaincue que l’accessibilité c’est pas pour les handicapés, mais pour les personnes en situation de handicap voire pour tout le monde.

Photo prise par @spartdev
Photo prise par @spartdev

Mon tour arrive. Le stress est au maximum, les gens peuvent s’en rendre compte. J’ai un peu galéré à caser mon copain LA-PIN sur le pupitre mais qui me semblait un allié parfait pour ce moment. Je teste les micros du pupitre, je vois que ma voix n’est pas au point. J’ai quelques retours bienveillants de la salle. Je m’ajuste la voix, et je me lance.

Je vois que j’ai capté l’attention de la salle, même si le stress était vraiment présent pendant les 5 premières minutes, les 20 minutes suivantes ne m’ont pas paru très longues. J’ai pensé à bien articuler et à parler fort.

Je pense que le rituel du soir que j’ai avec Minipixel mon fils, lui lire une histoire à voix haute tous les soirs, maintenant parfois en tandem avec lui, ça m’a beaucoup aidée. Pouvoir arriver à moduler les sons pour faire passer certains messages.

Une fois la conférence terminée, le stress retombe.

Mes appareils tombent en panne ! Plus de piles, j’espérais qu’elles durent la journée.
Je m’en étais rendue compte la veille en arrivant à l’hôtel, mon appareil m’a signalé que la pile allait s’arrêter mais je n’ai pas su identifier correctement les « bip, bip, bip ». C’est sur ce moment que je me rends compte, que je n’avais pas pris de piles… Shame on me !

Je peine à suivre la conférence de Sébastien, qui m’avait prévenue auparavant qu’il y aurait des échanges avec la salle, une conférence qui était intéressante.

Je me rends compte que mes nouveaux appareils consomment beaucoup plus de piles. Ils sont véritablement gourmands. Une semaine et 3 jours contrairement aux anciens qui duraient facilement 3 semaines. Je suis un peu déçue de ce côté des appareils mais je me dis que pour engendrer une telle puissance, avec du bluetooth c’est pas étonnant non plus.

Je trouve un ange gardien, qui me sauve en m’emmenant à la pharmacie pendant la pause déjeuner. Merci Matthias. ♥

Appareils à nouveau en marche, je repars suivre les conférences. Celles de Nicolas, et de Johan qui m’apprennent toujours quelque chose à chaque fois que je les vois.

N’ayant pas de vélotypie pour m’aider à comprendre, je m’autorise une micro-sieste pour justement finir la journée correctement.  Et je termine la journée de conf sur celle de Matthias et Stéphane, en ne comprenant qu’un seul message : js peut être accessible.

Photo prise par @kbizienNous avons clôturé cette journée dans la bonne humeur en petit comité. Merci Accessiday, je me suis sentie incluse malgré le manque de vélotypie.
J’ai passé une excellente journée, une soirée mémorable, repartir de Caen le cœur joyeux, le moral regonflé à bloc. Je croise juste les doigts pour que la seconde édition soit accessible en vélotypie.

#ShareTheCalva si je puis dire …

16 réflexions sur « Accessiday, y’a pas mieux pour tester de nouveaux appareils ! »

  1. moi aussi j ai changé récemment , j’ai un nitro 701 SP .. je t’avouerais que lâcher le siemens P38 , ça été une déchirure mais je dois dire que je suis contente de ce nouvel appareil .. je l’ai pris rouge !!! et bien sûr dés que j’ai appris qu’il existait la mini teck , je l’ai adopté !! ça mange un peu plus de piles , je la change que toute les 2 semaines .. je porte moins mon appareil que toi ce qui explique cette différence , auparavant je changeais toutes les 3 semaines … amuse toi bien de ces nouvelles découvertes !!!

    1. J’ai les siemens nitro 7mi. Lâcher les anciens ca n’a pas été difficile pour moi contrairement à toi. Je crois que j’en attendais beaucoup.
      Le minitek c’est une autre histoire … 😉
      Belles découvertes à toi aussi.

  2. les larmes aux yeux à la fin de  » ton exploit  » tu peux être fière de ton parcours ! Ta tante est très fière de toi et apprends, elle aussi plein de nouvelles choses sur toi et sur les nouveautés accessibles aux malentendants….
    Plein de gros bisous à vous 3

  3. Bonjour Sophie,

    C’est toi qui fais le plus gros du « travail » sans aucun doute, mais c’est tellement important aussi d’être bien entourée par la famille et les amis… je suis vraiment heureuse qu’il en soit ainsi pour toi, tu le vaux bien ! 🙂

    Bisous,
    Monique

  4. C’était un plaisir comme toujours de te voir et ta conf était top ! Merci d’avoir partagé ton expérience. La prochaine fois je révise ma LSF, ça fait tellement longtemps que je n’ai pas signé.
    Bisous à toi et ton fan number one et à vite !

  5. Ravie de revoir encore d’autres impressions si détaillé que j’aime malgré mon ignorance en technologie en SONS, j’avoue de ne plus prendre le risque de me sentir accro aux termes des appareillages et tout ni être accro aux machins car cela restera toujours les machines qui ne nous répondra pas, à nous de les apprivoiser, les connaître en plus nos électroménagers. Une femme de 48 ans et trois langues… bien à vous et aux lecteurs. mes amitiés sincères

  6. Ta conférence m’a particulièrement intéressé, j’ai pu aborder l’approche des objets connectés via une autre facette, Un petit coucou à ton LA PIN de ma part, pense à lui prendre un trépied et arrêtes de lui arracher les oreilles ^_^
    RV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *