Blanc comme neige

Quand j’étais enfant, j’ai ce souvenir : ma maman qui m’avait réveillée quand la neige s’était mise à tomber.

Courir dans le salon, monter sur ce bureau noir et imposant qui était face à la fenêtre, coller mon nez au carreau froid. Le regard émerveillé face au paysage enneigé.

Je n’avais pas mes appareils.
J’imaginais le bruit des flocons si gros, qu’on aurait dit du coton… La neige qui tombe fait-elle du bruit ?
Je ne sais pas.


25 ans plus tard, c’est mon fils qui a le nez vissé au carreau, quand je lui dis qu’il neige depuis un moment.
Il me regarde avec un sourire malicieux en disant « YES ! » en joignant le geste à la parole.

Sortir dehors, emmitouflés dans nos manteaux, bonnets et gants.
Je n’entends pas la neige qui tombe, juste un vent discret qui souffle.
Ce vent qui fait tournoyer les flocons blancs, doux comme du coton.

Mes appareils auditifs sont à l’abri de la neige dans mon bonnet, cette neige que j’aime tant est une ennemie pour mes appareils. Ils craignent pas le froid, mais la neige fondue, c’est pas super, super on va dire.

Nous marchons, je dis à mon petit garçon : « Tu entends ce bruit ?« . Il relève la tête et me répond : « Oui« .
« Criss, criss » La neige qui craque est un bruit sec, grave que j’aime.

La neige qui est synonyme de blanc, de pureté, de silence.
Pour moi, c’est un moment surréaliste, car quand il y a de la neige, en général, les bruits parasites disparaissent. C’est pourquoi j’entends mes pas faire crisser la neige. J’aime ça. Je n’ai pas d’efforts à faire pour l’entendre.

Faire une bataille de boules de neige reste une de nos activités favorites en famille. Petit détail que mon fils a relevé ces derniers jours, qu’il fallait que je garde mon bonnet sur la tête pour qu’il puisse m’atteindre avec ses boules de neige sans risquer la panne de mes appareils.
J’ai trouvé cette attention vraiment mignonne. « Ben oui, maman sinon tes appareils pourraient tomber en panne ! Ça serait embêtant après. »

Quel gamin s’en soucierait avec l’ivresse que la neige peut provoquer puisqu’elle est rare sur la région parisienne ?

Petit plaisir que je me suis accordé dimanche, aller faire une grande balade à pied toute seule chargée de mon appareil photo. Capturer ces instants silencieux, blancs dans l’œil de mon appareil. Marcher le long de la Marne, n’entendre aucun bruit, même pas les flocons qui tombent. Regarder les flocons tomber, tournoyer, le courant de la Marne qui file comme ces flocons …

Sur la route nationale enneigée aux trottoirs blancs, la route noircie par les voitures qui roulent malgré tout au ralenti.
Marcher vite pour se réchauffer, entendre par moment le « criss, criss » de mes pas sur le trottoir où la neige n’a pas été suffisamment damée par les passants.

Voir au loin sur le même trottoir une personne, suivre ses pas et se rendre compte que tout à coup elle s’est éloignée de la route tout en se plaquant sur le long d’un portail.
Se poser des questions.
Ne pas entendre les voitures qui roulent, continuer à marcher et être attentive au craquement de la neige.
Tout d’un coup, être arrosée par de la purée de neige noircie dans le dos de mon manteau.

Le chasse-neige est passé par là pour dégager la route nationale enneigée, une nationale où les voitures roulent un peu vite en ces temps enneigés. Neige noircie par les pots d’échappement des véhicules.
Râler parce que je suis toute mouillée, et qu’en plus je n’ai pas entendu ce véhicule. Râler tout simplement.
Rire ensuite de ce qui vient d’arriver.
Se dire que parfois, entendre, ça a du bon. Mais que heureusement que c’était de dos !

Non, je ne sais toujours pas si la neige fait du bruit quand elle tombe, quand elle vivote comme du coton qu’on aurait jeté en l’air…

Un jour peut-être. Qui sait ?

6 réflexions sur « Blanc comme neige »

  1. Non Sophie, la neige ne fait pas de bruit en tombant. Et c’est ça que j’aime. Les jours tout blanc comme ça la vie semble ralentir, le calme envahit l’espace, les bruits sont comme amortis. J’ai toujours l’impression d’être dans une sorte de cocon dans ces moments là. Et qu’est-ce que c’est bon !!

    J’ai fait comme toi samedi matin. J’ai pris mon appareil photo et j’ai arpenté Paris pendant 4 heures !! Le bonheur. 🙂

  2. J’aime beaucoup quand tu nous racontes comment Minipixel pense à préserver tes appareils…

    La neige est silencieuse, elle nous entoure de son manteau blanc et met en sourdine tous les bruits de la ville, c’est calme quand il neige…

  3. Non, la neige ne fait pas de bruit en tombant et c’est peut-être ce qui la rend si captivante à regarder : ces flocons au mouvement erratique, silencieux…

    Joli moment partagé… merci 🙂

  4. Comme toi, j’adore l’atmosphère quand la vie est recouverte de blanche neige. Le calme environnant. Le bruit étouffé mais aussi cette lumière si douce. Les paysages sont encore plus beaux. Tout le gris est gommé.
    Pendant quelques secondes on est juste là, paisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *