Chronique d’un monde sonore : épisode 2

Une tasse qui a l'inscription suivante : ce qui semble impossible, n'est parfois qu'une question de temps

Mardi

C’est le jour du premier réglage et de la première séance d’orthophonie que j’ai raconté dans un autre billet. Je tente de reconnaitre l’annonce des stations dans le RER mais c’est bien trop tôt. Je crois avoir distingué la sonnerie des portes. Tous les bruits sont flous et incertains.

Mercredi

Première nouveauté, la régleuse m’a réglé l’allumage progressif des processeurs. Il y a un laps de temps de 10 minutes entre le silence et le premier programme que j’ai sur mes processeurs. Oui, j’ai plusieurs programmes, j’y reviendrai. Ça me laisse le temps de m’adapter au réveil, l’arrivée dans le monde sonore est difficile tellement c’est différent.

En préparant mon petit déjeuner, je ne distingue pas le bruit de la machine à café, ni le sursaut du grille-pain recrachant la tartine grillée à point. Par contre, j’entends pour la première fois, le raclement du couteau qui étale le beurre sur la tartine. Petit plaisir, je ne sais pas, je suis surprise.

Dans ma salle de bains, j’arrive à reconnaître le fameux glou-glou de l’eau qui coule dans la canalisation une fois qu’on a fait couler de l’eau à grand débit (pour l’écologie, on repassera hein). Un son qui m’est familier même si la tonalité a changé, le rythme du bruit ne m’est pas inconnu.

Je ne reconnais pas le bruit des voitures. Je dois rester encore vigilante quand je traverse. Arrivée chez l’orthophoniste, je me suis assise et j’ai écouté les sons autour de moi, j’ai entendu les pas de l’orthophoniste dans le couloir. J’étais un peu inquiète de savoir si c’était bien ça, mais oui !

Jeudi

Au petit déjeuner, nouvelle découverte. Je me rends compte que mastiquer fait du bruit. C’est bruyant car je prends plaisir à manger ces tartines beurrées et à la confiture de figues maison. C’est un plaisir car j’ai encore la sensation de plastique dans la bouche suite à l’opération.

Je fais des aller-retours dans la maison, je m’entends marcher, j’entends le bruit des vêtements qui frottent, les chaussons qui claquent doucement. Quelle sensation bizarre.

En allant faire mes courses, je me suis fait plaisir. J’ai acheté une bouteille de champagne ! En passant à la caisse rapide, ils me demandent si je n’ai rien à déclarer, ils vérifient. RAS.
Une fois que j’eus payé, je passe les portiques, je remarque que ça change de couleur mais aucun bruit particulier. Je continue mon chemin tranquillement. Un vigile vient me voir et demande à voir mon caddie. Je lui montre volontiers, je suis de bonne foi.
Il me parle, je ne le comprends pas.
Je lui dis que je suis sourde et que je comprends pas tout en tendant mon ticket de caisse. Il rougit du fait que je ne l’aie pas compris Je le rassure. Il voit que ma fameuse bouteille de champagne, l’antivol n’avait pas été retiré par la caissière… Il m’enlève l’antivol et me laisse repartir. Ce sont des choses qui arrivent !

Je charge mes courses dans la voiture de maman. Sur le chemin du retour, je me rends compte que je l’entends parler mais que j’entends aussi le bruit du clignotant de la voiture et arrive à repérer le bruit avec la lumière. Je souris. 🙂

En regardant une émission sur la Nouvelle-Calédonie (coucou François !), je m’aperçois que j’arrive à reconnaître le tempo de la musique. Moi qui avais été toujours mauvaise à ce sujet. Je ne reconnais pas l’instrument mais rien que le tempo, ça me fait doublement plaisir, car on m’avait laissé entendre que la musique c’était très compliqué avec l’implant cochléaire.

Vendredi

Ma maman est passée récupérer des affaires pour la soirée pyjama de minipixel chez elle, elle a toqué doucement à la porte alors que j’étais dans le canapé. J’ai entendu le « toc-toc ». Unique plaisir de la journée.

Les journées ne sont pas toutes positives, il y a des jours où c’est plus difficile. Où le moral est un peu en berne, où on se dit qu’on va pas y arriver. C’est le contre-coup des précédentes journées. Dans mes réflexions, je me dis que quand même je me suis lancé un sacré défi.

Deux oreilles implantées du même coup.

Je me rends compte que tout est terriblement différent, tellement loin de ce que j’avais dans ma mémoire auditive. Je pleure. J’essaie d’évacuer tout ce stress, sans compter tous les aléas de la vie qui se rajoutent à cette opération. Je sais que je vais y arriver, mais que le chemin va être sinueux.

Samedi

Ce matin, j’ai pris mon petit déjeuner dans le silence. J’avais besoin de me préserver, de faire une pause. Pareil quand je me suis mise dans mon canapé. Zéro bruit, le calme absolu. Silence absolu.

J’ai finalement fini par les mettre pour aller à la Poste et à la pharmacie chercher mon traitement médical. J’ai toujours terriblement soif depuis l’opération. Je vis avec un pichet d’eau à la main quasiment.

En me levant du canapé, je me suis cognée dans un grelot qui était dans le sapin de noël, je l’ai entendu. J’ai dû taper plusieurs fois, comme une enfant qui cherche à embêter ses parents, juste pour bien vérifier que c’est ça. Quel petit bruit bien gai …

Lors du déjeuner, mon mari ouvre une canette de coca. J’entends un bruit. C’est le son provoqué par la pression du liquide gazeux qui est dans la canette. Un psshiiiit.

Les billets ont été écrits en décembre avant Noël. Il y a tellement à dire … Il peut également y avoir une reprise des différents statuts publiés sur les réseaux sociaux et un décalage dans le temps.

3 pensées sur “Chronique d’un monde sonore : épisode 2”

  1. Moi aussi j’ai été et suis encore comme une gamine à refaire des bruits rien que pour le plaisir de la découverte ! Les 1ers jours c’est tout doucement mais tu as noté des choses chaque jour alors c’est super bien.

  2. Je suis avec attention ton parcours très courageux et audacieux ! Il faut du temps au temps… Et c’est sûr que ça ne va jamais assez vite ! Et après malgré tout le chemin parcouru, ce n’est jamais assez bien.;-)
    Mais je trouve que c’est déjà pas mal ce que tu découvres si peu de temps après l’activation, j’ai la foi pour toi ! Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *