La patience est vertu…

La patience est vertu mais aussi frustration ! Sentiment que j’ai aujourd’hui, je dois être patiente par rapport à l’évolution de mon état de santé. Mes vertiges ne sont pas réapparus depuis 3 semaines, c’est un bon point par contre ayant perdu l’équilibre d’un côté, une grande fatigue est présente.

Je continue à faire des séances de kiné vestibulaire, ça s’améliore à chaque séance ! C’est une bonne chose. Il y a encore quelques photos de #salledattente en vue sur instagram à venir… 😉

Néanmoins les cervicales n’aiment pas ces séances car il faut compenser, gérer les muscles et l’équilibre. Par moments quand je tourne la tête, j’ai droit à une petite décharge électrique dans le haut du dos ou dans le haut des épaules pour me rappeler à l’ordre. Je dirai que c’est juste un mauvais moment à passer, que tout va rentrer dans l’ordre, c’est obligé ! #positiveattitude

La fatigue est dûe au fait que je passe beaucoup de temps à compenser ce déséquilibre mais aussi cette baisse d’audition et elle est trop présente à mon goût. Mon appareillage n’est pas encore réglé pour compenser la perte que j’ai eue, du moins pas encore car les rendez-vous sont très longs (quasiment 2 mois pour avoir un rendez-vous).

C’est comme si vous étiez enrhumé et que vous aviez une oreille de bouchée mais pas l’autre. J’en suis à devenir beaucoup un peu dingue car je n’entends plus les voix d’un côté. C’est déstabilisant je trouve, je ne me sens pas prête à perdre l’ouïe complètement. Je suis obligée de penser en plus de cette compensation permanente à me mettre du bon côté de mon interlocuteur.

Quand c’est mon fils, c’est un peu compliqué, car il ne comprend pas forcément cette perte d’audition bien qu’il soit habitué à ce que je le lui répète.

J’ai toutefois réussi à faire quelques déplacements sans soucis, je suis intervenue au Forum Européen de l’Accessibilité 2016 organisé par Braillenet ainsi que quelques sorties. Je reviendrai dessus dans un autre billet. Pour vous, ce n’est peut être pas grand chose, mais ce sont des petites victoires personnelles. Rares sont les journées sans avoir à s’écrouler de fatigue.

Dès que je me sens d’attaque, j’ai le naturel qui revient au galop (qui a dit qu’on changeait ?), je me remets à faire des choses que je faisais avant mes crises de vertiges. Et là, je me rends compte que je le paie très cher le lendemain, au point d’avoir une fatigue immense de ne plus être capable de bouger.

Ce week-end, j’ai jardiné pour mon plus grand plaisir avec le soleil qui se prier, avant-hier a été un jour de grande fatigue, un jour « sans ». Le prix à payer.

À petits pas, j’avance.

Tomber pour mieux se relever. #mantra

J’ai tellement de choses à écrire, à dire, à partager, que je ne sais pas par où commencer. Mes photos et mon carnet de notes papier sont ma mémoire ces temps-ci pour pouvoir mieux me concentrer et aller à l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *