Mettre du piment dans ma vie sonore !

Deux implants cochleaires Nucleus 7 face à face formant un cœur au centre de la photo

J’ai eu droit au renouvellement des processeurs d’implant cochléaire après 5 ans de port intensif. J’attendais beaucoup de ce changement, j’étais stressée et excitée à la fois. De la nouveauté de quoi mettre du piment dans ma vie sonore ! 

Stressée parce que je ne savais pas comment ça  allait se passer même si je garde un souvenir assez vif de l’activation de mes implants. Excitée à cause de la nouveauté technique, j’ai toujours eu un faible pour les dernières nouveautés.

Puissance

Tout d’abord, un processeur plus puissant dans le traitement du son. Rien qu’en gardant le même réglage, je me suis rendue compte de la différence du son que j’entends. 

Quand je suis ressortie de l’hôpital, je pensais pouvoir gérer un déjeuner. Rien que le fait d’arriver Boulevard de l’hôpital, entendre les gens marcher, les voitures rouler, les motos filer, le métro aérien à proximité, le temps de passer 2 coups de fil, je me suis rendue compte que ça allait être difficile.
Je suis rentrée chez moi, j’ai déjeuné rapidement et je me suis écroulée de sommeil. J’ai dormi 2h. J’ai fini ma journée sur une séance de dédicaces et un dîner en petit comité, ça ne me semblait pas excessif comme efforts même si je sentais déjà la différence par rapport aux anciens implants.

En fin de soirée, j’avais mal à la tête mais, je m’y étais préparée. J’entends le son tout à fait comme avant. Le fait d’entendre des fréquences dont on n’a pas l’habitude génère des maux de tête.

Le lendemain du réglage, je n’ai pas pu me lever. C’était mission impossible !
Un mal de tête tellement violent que j’en ai pleuré, ça m’a renvoyée à mes premiers jours de bi-implantation, à réaliser tout le chemin que j’ai parcouru jusqu’à aujourd’hui. Je pensais ne plus avoir à revivre ces moments. Le corps est plus fort. J’ai beau être habituée à les porter souvent (plus de 10h par jour), les premiers jours ont été rudes. J’y suis allée progressivement, j’ai commencé avec un son réglé à 2, je suis remontée progressivement à ce que j’ai habituellement mais je trouve ça encore fort. (Les motos en particulier, j’ai les poils qui se hérissent à chaque fois que j’en entends une passer). 

Je vais essayer d’expliquer mais ce n’est pas toujours évident. Le son est plus net, « propre », il est plus précis. J’ai davantage de détails sonores. 

Les sons sont plus forts alors que j’ai pourtant baissé le son et la sensibilité. (La sensibilité se rapporte à la gamme des sons sélectionnés par le processeur, par exemple les sons légers, les bruits de fonds, les sons proches ou éloignés » – source : cochlear). Merci à ma régleuse de me faire confiance sur le sujet – c’est un réglage qui est discutable avec celui ou celle qui règle l’implant.

Dimanche dernier, je suis allée faire une petite ballade dans la nature à côté de chez moi. J’ai entendu le chant des oiseaux. J’ai enfin réussi à associer la vision d’un oiseau et son chant. Rien que ça c’était une victoire énorme pour moi. 

Je perçois la différence entre les oiseaux. Ils n’ont pas tous les mêmes chants, ni la mélodie ainsi que le rythme. Je pouvais le percevoir avant le changement de processeur mais ce n’était pas aussi flagrant. 

Ça fait bientôt 15 jours que j’ai passé ce cap, j’ai eu des moments difficiles (maux de tête, fatigue) malgré le fait que je sois habituée à les porter de manière intensive.

Matériel

Il est plus petit, plus compact. Je le ressens sur l’oreille. J’ai les pavillons d’oreille sensibles (la cicatrice est au niveau du pli de l’oreille), ça tombe bien entre les masques, les implants et de temps en temps les lunettes, ça fait beaucoup.

Aujourd’hui, il est beaucoup plus petit et léger que j’ai l’impression d’avoir un jouet… Le nouveau processeur pèse 16 grammes contre 20 grammes pour la version d’avant. C’est à peu près l’équivalent de 2 pièces de 1 euro (15 grammes) pour vous donner une idée. 4 grammes c’est rien, mais c’est important sur un pavillon d’oreille ! 

Si le processeur tombe de mon oreille à cause d’un quelconque mouvement, l’aimant qui est sur ma tête le retient (un peu et pas très longtemps). La seule façon de me rendre compte que je ne l’ai plus, c’est l’absence de son, ce dont j’ai pas toujours la présence d’esprit de vérifier. Ce qui veut dire : les attractions de manège, je suis obligée de les retirer avant surtout si je sais que je vais avoir la tête à l’envers, si je mets un casque / bonnet / masque, je dois faire attention à ne pas les retirer en même temps. Il y a un potentiel risque de les perdre… !

Le jour où j’ai reçu mes deux nouveaux processeurs, j’ai reçu deux sacs à dos complets de matériel, complétant le package de mes implants.

Dans chacun de ces sacs à dos, il y a un dessicateur électrique, des capsules dessicantes à placer dans le boîtier de voyage, une antenne supplémentaire (avec un câble un peu plus long – j’ai opté pour le 6cm, il me reste le 8 cm en cas de problème), un package de prises internationales que je peux mettre sur mon matériel, un kit de recharge de batteries sur secteur et usb, un mode d’emploi du processeur et du matériel fourni, une télécommande, un set de piles et de boîtier à piles à mettre sur mes implants, un kit d’écouteurs pour vérifier si le son est ok sur les processeurs et enfin un kit de protection de micros, un stylo-tournevis et une clé usb pour les sauvegardes des réglages.

Mine de rien, il n’y a pas mal de choses quand même à ne pas oublier.

Technologie 

Et enfin la dernière partie importante, c’est la technologie. Les processeurs d’implants cochléaires se connectent automatiquement à mon iphone en bluetooth. 

Dès que du son sort de mon téléphone, je le reçois directement dans mes oreilles au volume que je veux sans déranger les personnes autour de moi. 

Je peux décider de pouvoir ou pas percevoir les sons qui m’entourent. Je décide du volume de ce que j’entends. Par exemple, je peux marcher dans la rue tout en mettant la possibilité d’entendre les voitures ou d’être dans le métro sans entendre le bruit de la circulation. 

L’avantage d’avoir le son en direct dans les oreilles, plus besoin d’avoir un casque ! Le son est meilleur puisqu’il n’y a pas d’intermédiaire. J’ai un appel, je regarde une vidéo sur internet, je mets de la musique, j’entends directement la sonnerie dans mes oreilles même si je n’ai pas mon téléphone en visuel, je sais que je suis connectée à mon iphone. Il peut arriver qu’ils ne soient pas reliés par contre.

Avant, je devais veiller à avoir une télécommande chargée, pour voir les détails de la charge des batteries des implants, le réglage en simultané ou encore le volume, maintenant tout se fait à partir de mon iPhone ou de mon Apple Watch aussi, il y a un menu permettant de gérer le volume, la musique, etc… Une mini-télécommande en plus.

L’application Nucleus Smart permet aussi de localiser mes processeurs, dans mon cas, ce n’est pas très utile car je retire mes implants quand je me couche et je les mets quand je me lève. Je sais toujours où ils sont, sauf cas exceptionnels. Mais c’est une fonctionnalité intéressante pour les parents d’enfants sourds ou les personnes qui ne se rappellent jamais où les avoir posés.

Dernière fonctionnalité qui me semble importante, c’est que je peux vérifier le temps d’écoute de la parole. Ça me permet de veiller à ne pas rester dans ma bulle de silence trop longtemps. Les porter, écouter les bruits qui m’entourent c’est bien mais communiquer avec les autres c’est mieux 🙂 

Les seuls points sur lesquels j’attire une attention, c’est la sécurité de ces processeurs puisque ce sont des objets connectés puisqu’on peut les localiser et s’y connecter en bluetooth, et le traitement des données personnelles dont j’ai pas toutes les informations encore. 

Ah petite information importante qui n’est pas encore répercutée sur le site de Cochlear, mais c’est compatible avec la dernière génération d’iphones.

Conclusion 

C’est un gain de confort au quotidien ! Je les adore, je sens que je vais encore progresser et c’est une super perspective.
Merci à l’équipe de l’hôpital qui me soutient dans cette aventure sonore.

Une réflexion sur « Mettre du piment dans ma vie sonore ! »

Répondre à Natacha Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.