Une année de plus au compteur

Sophie avec des oreilles de minnie et un gâteau portant des bougies dessus

Novembre est un mois un peu spécial pour moi. Depuis une semaine, j’ai l’esprit un peu chamboulé.

Parce que d’une part ça va bientôt faire un mois déjà que j’ai pris mon nouveau poste et j’ai l’impression que le temps m’a filé entre les doigts et en même temps je sais qu’il s’est passé des choses, même beaucoup.

Je me rends compte que je me suis adaptée à ce nouveau rythme, bien qu’il soit fatiguant, j’en repars tous les soirs avec une accumulation d’idées pour améliorer les choses chaque jour.

Je me rends compte aussi que les journées ne font que 24h, et qu’il ne faut pas que je me mente à moi-même. Que j’ai aussi une fragilité personnelle que je dois préserver.

Je vous invite à aller voir le TEDx de Lucie Caubel. Son discours m’a profondément touchée. Ses mots auraient pu être les miens. Seulement, à l’écrit c’est plus difficile à exprimer.

Je me rends compte que je ne peux pas tout faire et qu’il faut que j’apprenne à mettre des priorités dans ma vie. Que j’apprenne à accepter, que j’apprenne à appréhender ce que je vis en ce moment.

Au moment où j’écris ce billet, je suis dans un train, avec le morceau « Boléro de Ravel » joué par l’orchestre symphonique de Londres, dans les oreilles. Le meilleur endroit où j’arrive à m’exprimer facilement et rapidement.

Esprit chamboulé, pourquoi ?

Parce que à l’approche de mon anniversaire, je sais jamais quoi vraiment faire. Parfois je me dis une grosse fiesta avec tous ceux que j’apprécie, mais je ne sais pas si j’apprécierais, moi qui ai repris une vie à 200 à l’heure, après avoir passé 3 ans à galérer avec mes vertiges, ma perte d’audition qui restait et à essayer de trouver comment positiver et m’en sortir de cette spirale.

Je me rends compte que ça n’a pas la saveur qu’on a que quand on est en petit comité, de ces moments fugaces mais si importants à cumuler pour l’énergie des jours à venir. Le fêter, avec ceux qui le sont proches, ce n’est pas toujours évident car nous avons tous des vies bien remplies et différentes.

Je ne souhaite rien de particulier et je me dis en même temps que c’est dommage de ne pas le fêter.

Et parfois, la vie te montre qui sont les vrais amis, ceux qui sont proches de toi.

Et j’avoue que plus j’avance dans le temps, plus je me rends compte qu’il y a de moins en moins de monde aux moments importants de ma vie. Je m’en rends compte, des amis qui deviennent des connaissances, des proches qui s’éloignent malgré le temps.

Je ne suis pas triste de ce constat, je sais que ce que je vis ce sont des moments authentiques et ça me va. Nul besoin de plus.

Ma vie est loin d’être à l’image de ce qu’on peut voir sur les réseaux sociaux. Ces réseaux sociaux qui aujourd’hui ne laissent plus une seule place à la vie privée mais que chacun envie (ou pas), je me trompe peut-être. Ces réseaux sociaux qui ne montrent qu’une facette enjolivée du quotidien et pas de la vraie vie.

C’est la réflexion que je m’en fais. Si quiconque veut en discuter de vive voix, j’en suis.

J’ai fêté mon anniversaire hier en petit comité, mais comité qui m’est très cher. Des cadeaux qui te touchent en plein le mille dans le cœur, quitte à en verser quelques larmes.

Oui, ma sensibilité s’exprime par les larmes qui coulent le long de mes joues, car ce sont des cadeaux inattendus. C’est tout ce qui compte. Ça ne pouvait qu’être parfait.

Ma sensibilité fait partie de moi. À moi d’arriver à en faire une force et non pas une gêne.

Esprit chamboulé, car l’an dernier à la même date, je faisais une prise de sang, prise de sang qui s’est finie en « ambiance Halloween », l’infirmier en difficulté pour arriver à me piquer, qui s’excusait de plus belle parce qu’il n’y arrivait pas et que cela en mettait partout. Moi qui riais en même temps parce que c’était le jour de mes 40 ans pour définir ma carte génétique pour savoir d’où venait ma surdité, résultat que j’ai eu 7 mois et 5 jours plus tard. Bim. Je sais finalement suite à cette analyse que j’ai bel et bien jamais entendu de ma vie. Je suis née sourde et le resterai toute ma vie.

Esprit chamboulé car je suis à 6 jours de la date anniversaire qui a changé ma vie, ma vie auditive. Cette aventure où j’ai sauté à pieds joints, en étant soutenue par mon conjoint, mon fils et ma mère, sans savoir où ça allait me mener.

Et le sentiment étrange que mon corps a l’air de s’en rappeler, bien que ce fut violent comme choc, aussi bien physique que émotionnel si vous avez suivi l’histoire depuis le début. Voilà presque 2 ans que je suis bi-implantée.

Bref, novembre c’est un mois particulier… parce que quand je me retourne, je vois tout ce chemin que j’ai parcouru et c’est positif. Aucun regret même si ce fut long, très long, périlleux et difficile, il y a eu des joies aussi.

Déjà, pour finir la journée : savourer toute cette musique classique que je ne pouvais pas faire avant parce que je n’entendais pas les aigus et je n’avais aucune perception des nuances musicales.

Sacré anniversaire cette année !

Une réflexion sur « Une année de plus au compteur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.