Intégrer que tout fait du bruit

Museau de Perle et de Mandarine qui émergent des copeaux de bois

Quand on est sourde, il est au début difficile d’intégrer que tout ce que l’on fait, fait du bruit. Quand on est sourde de naissance, on ne sait pas forcément que le monde est sonore à ce point, à tel point que je suis encore surprise aujourd’hui.
Quand on bouge,
Quand on respire,
Quand on marche,
Quand les vêtements frottent sous le mouvement du corps,
Quand on déplace un kleenex d’un bout à l’autre de la table,
Quand on passe l’éponge humide sur la table,
Quand on entend l’eau qui coule dans l’évier,
Quand on change l’ampoule et que le pas de vis de l’ampoule fait du bruit …

Tous ces bruits qui sont anodins pour la majeure partie des gens, ne le sont pas pour moi qui n’avais jamais entendu ces bruits quotidiennement et aussi nettement.

Quelques petites anecdotes rigolotes

À un moment précis, je suis avec mon fils dans la pièce, je me rends compte que je perçois un bruit régulier que je ne connais pas… Je lui demande de m’aider et d’arrêter son activité afin de découvrir quel est ce bruit.

Je découvre que le hamster fait du bruit quand il boit à son biberon dans la cage. J’entends la petite bille qui monte et descend sous la poussée de sa langue pour boire. Quel petit bruit bien aigu et rythmé d’autant plus qu’il avait soif !

À un autre moment, pendant que je regarde un film, j’entends un bruit aigu mais je ne vois rien qui se passe autour de moi. Je demande à mon mari d’arrêter le son de la télé pour identifier ce bruit. C’était l’un des hamsters qui couinait dans la litière et un peu plus tard, l’autre qui mangeait sa croquette. Un stronch, stronch, bien régulier. C’est drôle. Pas le même bruit que nous les humains quand nous mastiquons notre nourriture. 🙂

Je découvre aussi que mastiquer la bouche ouverte ou fermée ne fait pas le même bruit, je réalise qu’il est bien plus poli de mastiquer la bouche fermée, cela fait moins de bruit et c’est plus agréable pour la personne qui est en face de soi.

5 pensées sur “Intégrer que tout fait du bruit”

  1. Tous les bruits du quotidien ne sont pas anodins pour les entendants.
    Tout ce qui entre dans notre cerveau par les oreilles est inutile à 90%. Les sons sont mêmes les pires nuisances que l’on peut craindre dans notre vie quotidienne, une vraie pollution sonore que cherchons à fuir. Tous les sons que tu cherches à identifier nous cherchons à les oublier. C’est l’ironie de l’histoire.
    J’espère que ça va bien se passer pour la suite.

  2. Certains sons que vous décrivez, nous ne les entendons plus c’est vrai. Une surdité inconsciente pour y échapper et se reposer. Car en ville l’univers sonore qui nous entoure peut être une véritable nuisance. J’imagine votre épuisement.
    Mais la manière dont décrivez votre apprentissage des sons, m’engage à réapprendre à écouter et exercer mon attention autrement. Vos descriptions sensibles et minutieuses m’ouvrent à une nouvelle perception des sons. Les sons les plus anodins peuvent devenir mélodieux. Cette attention perdue redevient une véritable découverte. Tout peut chanter, pas seulement les oiseaux 😉 Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *