Remettre en question sa surdité

J'ai la tête penchée et appuyée sur sa main

Après tous ces mois à essayer de compenser ma perte d’équilibre, je me rends compte en mars dernier que mon audition est un peu bizarre, différente. Les sons que je perçois d’habitude ne sont pas les mêmes.

Grosse angoisse au fond de moi. Je ne veux pas que ça change. Ne pas sortir de ma zone de confort que je suis en train de recréer en prenant compte mes crises de vertiges et ma perte d’équilibre.

Dans le doute, je demande à faire vérifier mes appareils par mon audioprothésiste, première chose qu’elle fait : les envoyer en réparation avant expiration des 2 ans de garantie des appareils.
Une semaine de réparation pour chaque appareil envoyé l’un après l’autre pour éviter que j’entende plus rien pendant une semaine.
Cette période est difficile pour moi, entendre que d’un seul côté, surtout en période de crises de vertiges. Je prends mon mal en patience. Tout va rentrer dans l’ordre.

Une fois les appareils remis à neuf, les sons sont toujours différents.
Cette différence se renforce avec le temps qui passe. Peut être que mon audition a baissé ? Je ne sais pas, c’est différent. Pas d’impression de stéréo.

Je reprends un nouveau rendez-vous avec l’orl pour faire un bilan sur le traitement, ça évolue dans le bon sens pour les vertiges. Je lui demande un nouvel audiogramme.
Ce dernier n’ayant pas les précédents audiogrammes n’a pas de moyen de comparaison. Je regarde la courbe, je la trouve différente par rapport à d’habitude. Je lui fais la remarque. Il me dit que si mon audition a changé et que cela continue à descendre, il faudrait envisager l’implant cochléaire. J’encaisse l’information sans rien dire.

Au fond de moi, je me dis que ça va aller, je minimise la situation.

Je dîne avec deux amies dans un restaurant plutôt bruyant et je me rends compte que je n’y arrive pas alors qu’habituellement je m’en sors pas trop mal. Cette fois-ci, c’est pas pareil.

Je retourne voir mon audioprothésiste car je vois bien que je n’entends plus les voix d’un côté et la communication est bien plus difficile que d’habitude. Quand mon mari m’appelle dans la maison, je ne l’entends plus, j’ai du mal à accepter ce changement, je me persuade que c’est juste un problème de réglage. Je lui explique ce qui m’amène, nous refaisons un audiogramme.

Elle me confirme que oui il y a une perte importante et que mes appareils auditifs sont eux aussi limités en puissance. Elle règle tout de même mon appareil de façon à ce que je puisse récupérer un peu en augmentant la puissance de ce dernier.

Qu’est ce qu’un implant cochléaire ?
C’est une sorte de super appareil puissant. Cela nécessite une intervention chirurgicale qui consiste à insérer des électrodes dans la cochlée de manière à simuler le nerf auditif. Ces électrodes seront reliées à un implant aimanté qui sera fixé à proximité de l’oreille sur le crâne.
La prothèse simulera les électrodes par le biais de l’aimant. Les sons seront restitués par signaux électriques au cerveau. C’est mon explication, elle est peut-être pas tout à fait correcte.

C’est peut être anodin pour vous mais pour moi, c’est toute une vie consacrée à entendre avec des appareils qui s’effondre. Je craque. Je suis en larmes. Je ne peux pas concevoir ma vie dans le silence bien que je puisse l’apprécier de temps à autre.

C’est vrai, il n’est pas question de mort ici, mais faire le deuil de cette audition, que j’ai exploitée au maximum autant que je le pouvais, est plutôt difficile. J’ai bien vu les résultats positifs de l’implant cochléaire sur les autres personnes sourdes, mais  jusqu’à présent je considérais que je n’étais pas concernée et que même si je devais me poser la question, c’était non.

Finalement, on trouve toujours quand les nouvelles technologies sont bien sûr les autres mais on ne pense jamais à se remettre en question, ou à se l’appliquer à soi.

Aujourd’hui, le temps a passé. Je dois me poser la question de ce que je fais.
Est-ce que je passe ce cap que j’avais toujours refusé jusqu’à présent puisque j’avais une bonne récupération avec les appareils, je n’en ressentais pas le besoin.

Il arrivera fatalement le jour où mon appareil ne pourra plus me restituer les sons du côté droit car mon audition baisse. Je ne veux pas perdre la mémoire des sons que j’ai connu, je ne veux pas que ça change. Je veux que tout reste comme avant, mais hélas non.

Je commençais à relever la tête après tout ce temps passé à soigner les vertiges et ma perte d’équilibre. J’ai parfois l’impression de retomber au fond d’un trou sans fin, je sais que je rebondirai comme toujours.

Il est temps d’entamer une réflexion par rapport à l’implant cochléaire. Les questions se bousculent dans ma tête, et si, et si…

15 pensées sur “Remettre en question sa surdité”

  1. Je pense fort fort a toi, tu as le chic pour m’émouvoir aux larmes… Mais tu me connais aussi, et je vais te dire que demain est un autre jour, que ça ne peut qu’aller mieux et d’y croire et d’y croire encore… Bisous ma copine <3

  2. Que te dire de plus? C’est une décision personnelle et même si j’aurais envie de te dire « fais ci ou fais ça », il est mieux de te dire que si tu as besoin de parler je suis la 😉

  3. quel témoignage de vie!! le chemin est sinueux, on cherche un équilibre à chaque modification de situation. ce n ‘est pas chose facile….chaque changement est subi, on cherche à s’adapter du mieux qu’on peut, accepter, digérer….douter des choix à prendre. savoir qu’on ne retrouve jamais l’avant, que ce sera forcément différent. on a toujours cette sensation désagréable d’être trahi par noter corps. ce débat incessant épuisant….bon courage pour la suite de tes aventures…

  4. Ton article m’a touchée. Je ne suis pas dans cette situation pour l’instant, mais j’y ai déjà pensé et le deuil à faire est difficile et douloureux, encore plus que pour les autres pertes auditives qui portent moins à conséquence. Mais comme tu le fais si bien, il y a un moment où la décision se fait et tu avances et demain est un autre jour et quoiqu’il arrive tu n’es pas seule. <3

  5. En effet, je comprends parfaitement ta situation car je suis passée par là mais sans les problèmes de vertige et d’équilibre.. D’où mon choix d’implantation que je ne regrette pas depuis. Mais il faut avoir sa propre volonté si l’on veut réussir dans cette démarche. C’est un choix très personnel tout en se renseignant autour! Surtout prends le temps de bien réfléchir aux choix (la mémoire auditive reste longtemps enregistré, je t’assure, les médecins sont toujours pressés). Courage!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *