Un nouveau cap à passer

Tatouage temporaire de coeur prêt à être posé dans une main

Il y a presque un mois, je remettais la gestion de ma surdité en question. J’ai passé ce cap en me posant pas mal de questions sur l’amélioration de l’ouïe, d’une meilleure compréhension et qualité de vie sans prendre trop de risques. J’ai encore des questions, mais je compte bien mûrir davantage ma réflexion.

Ce que je sais au fond de moi, c’est que je suis en souffrance parce que je me rends bien compte que je ne m’habitue pas à ce manque de repères auditifs. Communiquer m’est fatiguant et pénible depuis que j’ai perdu l’audition de l’oreille droite.

Je comprends moins de la moitié des conversations, ce serait plutôt un tiers maintenant malgré le fait que mon cerveau soit plutôt bon dans ce qu’il fait. Non, je ne me lance pas de fleurs, quand on est sourd, le cerveau est un outil formidable quand on a appris à bien s’en servir. Notre cerveau fait l’auto-complétion des conversations à trous. D’ailleurs, j’adorais les dictées à trous quand j’étais petite, un vrai jeu pour moi !


Aujourd’hui, les conversations à trous, je n’y arrive plus. Je les redoute même, car je sais que ça va me demander beaucoup trop d’énergie.

J’ai lu beaucoup de témoignages sur internet, rencontré des personnes qui m’ont fait part de leur expérience d’implantation cochléaire qu’elle soit unilatérale ou bilatérale. Je les en remercie vivement ici, elles se reconnaîtront. Sans vous, je n’aurais pas pas passé ce cap malgré la peur qui peut me terrifier au fond de moi, avec mes et si…?

Je fais bonne figure, mais je crois que je n’en mène pas large. La peur de l’acte. La peur du résultat. La peur de rester définitivement dans le silence. Je me fais violence, surtout après tous ces mois traversés.

Je suis consciente que l’implant cochléaire peut faire peur par le port du processeur, de l’aimant posé sur la surface du crâne, les électrodes posées dans la cochlée, etc… La liste est longue, j’y reviendrai.

Il y a 30 ans, avoir peur de l’implant cochléaire, c’était compréhensible, aujourd’hui, ils ont fait énormément de progrès. Les techniques opératoires, l’hospitalisation et le suivi sont mieux maîtrisés. J’ose espérer.

Avoir l’esprit positif est toujours plus avantageux. Reculer pour mieux sauter.

J’ai sauté le pas avant Paris Web.

J’ai rencontré une chirurgienne sympa, humaine et sérieuse qui m’a confortée dans ma décision. La date d’implantation est pour fin novembre. Oui, c’est rapide, mais je suis du genre à prendre ma décision et la tenir.

Le compte à rebours a commencé il y a maintenant un mois.

Je n’ai plus de vertiges, je m’autorise à revivre normalement même si je suis encore à mi-temps professionnellement. Cela me permet de pouvoir récupérer et d’être plus efficace au bureau mais aussi au quotidien, je l’espère !

Parfois, je me dis que je ne devrais pas écrire tout ce que je ressens mais je me rends compte qu’à travers les témoignages que j’ai lus sur internet m’ont permis de faire évoluer ma réflexion et d’appréhender cette peur qui est inévitable malgré tout.

Quand je vois le résultat chez les personnes qui ont passé ce cap, je les envie malgré tout le travail qu’il peut y avoir derrière. De voir ce qu’elles ont pu récupérer au niveau du confort de l’audition. Je les envie.

Quand on passe le cap de l’implant cochléaire, il faut savoir que la cochlée est définitivement détruite. Il n’est plus possible d’utiliser un appareil auditif, car c’est grâce aux électrodes qui sont introduites dans la cochlée et simulées par un processeur qui ressemble à un appareil auditif. C’est un aller sans retour pour le son.

L’audition avec une prothèse auditive comme celle que j’ai aujourd’hui, n’est pas la même avec un implant cochléaire. Il faut comprendre qu’on supprime tous nos repères auditifs pour en créer des nouveaux.

L’avantage que j’ai, c’est que j’ai passé ma vie à stimuler mon audition avec les appareils. Mon cerveau est habitué à traiter de l’information sonore. Il y aura juste un temps d’adaptation qui peut être aussi bien rapide que lent. J’ai bon espoir.

Sur ce, je retourne à ma réflexion… tout en essayant des choses comme la calligraphie, la couture, le tricot pour essayer de rester calme et zen.

33 pensées sur “Un nouveau cap à passer”

  1. Merci Sophie, c’est important d’écrire, de témoigner. Comme tu le dit dans ton billet pour les autres personnes qui se poseront les mêmes questions que toi.
    MAIS aussi pour nous, entendant : pour mieux comprendre, pour être mieux sensibilisé.

    Continue d’écrire et pleins d’ondes positives pour la fin du mois.

  2. Je vous souhaite une belle aventure dans le monde bionique…que du bonheur vous attend malgré la rééducation , les réglages, vous verrez qu entre 6 mois et un votre vie va changer..
    Je vous embrasse.
    Stephanie 42 ans implanté à gauche y a 10 ans et à droite y a 3 ans.

  3. > Je fais bonne figure, mais je crois que je n’en mène pas large. La peur de l’acte. La peur du résultat. La peur de rester définitivement dans le silence. Je me fais violence, surtout après tous ces mois traversés.

    Sachant que tu es dans le silence de cette oreille, je me trompe en disant que ça ne peut pas être pire, et que donc tu peux retirer la peur du silence de tes inquiétudes ? Une de moins ‘est toujours ça de pris.

    Bon courage, on est là (mais arrête de téléphoner, on n’entend rien) 😛

  4. Merci pour ce très bon témoignage pour tes inquiétudes et de ton choix pour l’implant.
    Bon courage à toi donc. Tu me rassures en même temps dans tes questionnements sur la surdité puisque je suis aussi en plein de dedans entre l’oralisme et l’apprentissage ou pas de la langue des signes.
    Bon week end à toi

  5. Que de belles victoires déjà. Bientôt une nouvelle.de la patience sur ce long chemin de vie un peu trop à l abri du bruit…on pense bien à toi en te souhaitant le meilleur et que ton espérance trouve écho dans ta future nouvelle vie cochléaire. ..plein de bisous

  6. Trop d’émotion !…. Je suis à fond avec toi, je pense à toi et, fin Novembre, je penserai à toi un peu plus fort que d’habitude bisesssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

  7. Bon courage, tout ça est loin d’être simple (à décider, à envisager, à vivre).
    Je ne doute pas que malgré les difficultés attenantes à ta décision, tu t’en sortiras haut la main : ce que tu as déjà parcouru force le respect.
    Et du monde est avec toi pour les moments difficiles ; tu peux compter sur moi aussi.
    Grosses bises

  8. Je constate que tu as finalement pris ta décision… J’espère que tu retrouveras ton bonheur après quelques mois de réadaptations et je penserai bien à toi fin Novembre!
    Si tu souhaites avoir des renseignements concernant l’implant cochléaire, n’hésites pas à me contacter.. 😉
    Je te souhaite une belle et nouvelle aventure (même avec les appréhensions au début..)!

  9. Bonjour 🙂

    Oui une opération c’est jamais chouette, et comme a dit quelqu’un dans un autre commentaire, ça ne peut pas être pire que ce que vous avez là.
    Certains ne peuvent pas avoir d’implant cochléaire, alors dans votre malheur, vous avez la chance de pouvoir en avoir un !

    Merci pour ce que vous nous faites partager, et égoïstement, avec tout ce que vous nous dites, je me sens moins seule 😉

    1. Bien vu. En effet dans mon malheur j’ai cette chance, j’ai effectivement dépassé cette angoisse de ne pas être implantable.
      Merci pour votre message, je ne pensais pas que cela pouvait intéresser autant, je me sens moins seule aussi. 😉

  10. Je viens seulement de lire ce billet! Waoo … Ça m’interpelle cette décision, car moi-même ça y est mon audition chute, mais pire que ça c’est ma vue qui baisse qui me fait peur. Autour de moi j’entends des : « fais-toi implanter » et je me dis « non! tant que j’ai des restes auditifs je ne coupe pas ma cochlée ». Alors pour toi, si tu n’as plus rien d’un côté, je te comprends. C’est ton choix, et je te trouve très courageuse! Je ne manquerai pas de te contacter plus tard. Et si tu as du temps … À très bientôt. Xxx

  11. J’espère que tout se passera bien. Comme l’a dit quelqu’un plus haut vu que l’audition est partie sur cette oreille tu as tout à y gagner.
    J’espère que ce sera au delà même de tes espérances et que très vite tes craintes seront un souvenir.
    Ce n’est jamais simple de prendre ce type de décision.

  12. Chère Sophie,

    Je découvre seulement ton billet en parcourant ton blog : quelle aventure et quel courage d’affronter tes peurs !

    Même si je ne te connais pas bien, il me semble en te lisant que tu es de celles ayant la force nécessaire pour relever le défi.

    Je te souhaite donc surtout de la chance pour que tout aille aussi bien et aussi vite que possible !

    Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *