La certification Opquast

J’ai pu monter en compétences malgré les difficultés quotidiennes de ma convalescence que je traversais. Ça a été une bulle d’air en dehors de cet univers médical qui m’entourait.

Opquast m’a permis d’évaluer mon degré de maîtrise des bonnes pratiques du Web que j’appliquais par petites doses au travail quand je le pouvais. Cette expérience m’a permis de garder un pied dans l’univers du web pendant les moments difficiles.

Comment s’est passée ma certification ? 

J’ai choisi de la passer en « candidat libre ». Une fois l’inscription effectuée, vous recevez vos identifiants à la plate-forme d’entraînement qui est identique à celle que vous aurez pour l’examen final. 

Prenez le temps de bien lire le guide de certification ainsi que le livre de la Qualité Web, n’hésitez pas à l’ouvrir même 5 minutes quand vous avez un petit moment de libre (dans le métro, à la plage, dans les endroits incongrus, partout, surtout que la version numérique est fournie avec la version papier, plus d’excuses !).

Sur la plate-forme d’entraînement, tout est fait pour vous guider et vous amener à avoir les connaissances nécessaires pour l’examen. 

Entre chaque petit quizz, il y a des informations à lire et à regarder en vidéo. Exploitez toutes les ressources que vous pouvez (livres, articles, vidéos, etc…).

J’ai trouvé la plate-forme pédagogique : l’apprentissage est varié et n’est pas répétitif. Chaque quizz peut être fait autant de fois que nécessaire, c’est ça qui est bien même s’il y a des questions qui semblent récurrentes. Entre chaque questionnaire, je relisais les pages thématiques qui étaient concernées, c’est bien pratique pour réviser et conforter ce qu’on sait ou mieux assimiler ce qu’on sait pas. Néanmoins, il est important de faire les quizz dans les « conditions d’examens » et ne pas faire ça « par dessus la jambe » en se disant « ouais, cool raoul … »

J’avoue que juste avant l’examen final, j’ai eu un moment de doute. Je me suis dit : «  J’ai tellement vu la même chose que j’ai pas vu toutes les bonnes pratiques »  que j’en ai ouvert le livre pour vérifier dans le sommaire ! Mais si. Les exercices sont présentés de façon à ce que toutes les bonnes pratiques soient vues et revues sous toutes les formulations possibles.

Alors, attention, la plate-forme training est bien plus facile que la plate-forme d’examen. Je n’en dis pas plus, il faut bien garder une part de suspens. Les points que vous avez en vous entraînant ne sont qu’un indice. 

Le D-Day

Je me suis préparée tranquillement sans stresser tout en ayant à proximité : veste polaire, eau.

Ca faisait une éternité que je n’avais pas été dans des conditions d’examens, faites pareil qu’en passage d’examen (la machine à laver, le lave-vaisselle, toussa, vous oubliez surtout si vous êtes à la maison !). Je me suis connectée à l’interface de certification grâce à la convocation qui m’avait été transmise par mail.

J’ai eu un petit coup de stress en lançant Skype car je ne savais pas si j’allais bien comprendre mon interlocuteur bien que je connaisse l’équipe depuis un moment. Grande surprise ! La vidéo était bien mais pas aussi nette mais c’était prévisible. Le son, de ce que je pouvais en entendre avec mes implants cochléaires, ça allait. C’est plutôt Laurent Denis, mon surveillant de l’examen qui m’a surprise. Il avait une moustache imposante digne d’un « D’Artagnan » ! Une moustache aussi jolie avec un bouc qui va bien avec. Nous avons tout de même pu communiquer car l’avantage de Skype est que l’on peut faire de l’écrit avec les vidéos. 

Homme qui se tient à la barre du métro par le biais de sa moustache

Laurent m’explique les modalités de l’examen, tout en accompagnant ses paroles d’écrits ponctuels sur les points importants que j’aurais pu ne pas bien comprendre. J’ai été surprise d’entendre les touches de son clavier. 🙂 Nous avons quelques minutes avant que l’examen démarre. J’en profite pour lui donner de mes nouvelles de vive voix. 

L’examen final se passe dans les mêmes conditions que l’examen blanc. À la seule différence, c’est qu’il faut tout de même une bonne maîtrise du Français aussi bien dans l’expression que dans la compréhension des phrases. L’examen se passe sous forme de QCM, on pourrait penser que c’est fastoche, mais c’est trompeur. 🙂

Comment j’ai procédé ? 

Le top-chrono est lancé. J’ai une heure et demie pour passer la certification. Ma caméra reste en marche ainsi que le micro. Laurent lui, coupe sa caméra et micro pour ne pas me déranger durant ce laps de temps. 

Une première passe sur les questions dont je suis certaine de la réponse, je marque les questions à revoir parce que j’ai un doute et celles qui doivent être absolument revues.
Une seconde passe sur les questions à revoir, celles qui doivent être vues et les finaliser.
Une dernière passe pour vérifier que tout est ok. 

J’ai exploité le temps qui était imparti au maximum (alors qu’à l’examen blanc j’étais laaaaaarge) tout en tenant compte de ma maîtrise du français et mon état de fatigue dû à la compréhension de ce nouveau monde sonore. 

N’hésitez pas à refaire autant de passes qu’il le faut, même si vous avez l’impression que vous êtes « ok » sur les questions que vous avez vues et revues. 

Conclusion

J’ai obtenu un score de 780 points. 

Perfectionniste comme je suis, la Qualité web c’est aussi une amélioration continue, une course de fond permanente. Je l’ai faite sur mon temps personnel parce que je le voulais alors que c’était un de mes objectifs au bureau. 

Opquast Certified est une plate-forme est tout à fait accessible aux personnes sourdes et malentendantes. 

C’est une équipe qui est vraiment attentive à ses candidats, soucieuse des besoins que j’ai pu avoir. Il m’a été proposé d’avoir un tiers-temps que j’ai estimé ne pas avoir besoin, mais avec le recul cela n’aurait pas été négligeable. C’est aussi une équipe qui sait te rassurer, qui sait te dire qu’il faut pas paniquer, qui sait te dire les bons mots et t’expliquer certaines choses. 

Merci à l’équipe d’Opquast Certified, ce fut une belle expérience qui me conforte dans mon savoir-faire professionnel mais qui m’a aussi permis d’apprendre à accepter ce qu’on est et ce qu’on vaut réellement.  Merci pour votre soutien inconditionnel. 

4 pensées sur “La certification Opquast”

  1. Avant tout : félicitations ! \m/

    Je suis contente de lire ton retour d’expérience sur cet examen en candidate libre, car c’est ce que je voudrais faire aussi. J’ai commandé le livre (*le* livre), je voudrais bien le potasser avant de m’inscrire à la plateforme de test.

    Tout a l’air bien rôdé en tout cas, et je trouve ça vraiment bien qu’il y ait cette certification désormais, d’autant que le prix est très raisonnable (je salue les tarifs préférentiels pour les personnes à la recherche d’un emploi, notamment).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *