Questions autour de l’implant cochléaire

Tas de feuilles concernant mon dossier d'implantation

J’ai eu cette idée de rassembler les questions récurrentes de manière vulgarisée, car sur internet il y a tellement d’informations qu’il n’est pas simple de comprendre et parfois elles sont erronées.
Ce sont des interrogations que j’ai eues et que j’ai résolues soit en demandant à l’équipe médicale, soit en demandant à des personnes implantées. Je les ai écrites afin de vous permettre de comprendre en quoi cela consistait.

Qu’est-ce qu’un implant cochléaire ?

Il est composé de deux parties, dont une interne et l’autre externe.
Il y a 4 marques d’implants cochléaires, j’ai pris la vidéo de l’exemple qui me paraissait la plus simple à comprendre et en français.
Je pourrai faire une playlist youtube si cela intéresse d’autres personnes (dites-le dans les commentaires).

Transcription vidéo du fonctionnement de l’implant cochléaire (format RTF, 2ko)

Pourquoi une opération ?

Une opération est nécessaire pour pouvoir mettre en place la partie interne de l’implant cochléaire qui se situe d’une part sous le cuir chevelu au dessus de l’oreille, et d’autre part pour insérer des électrodes dans la cochlée qui simuleront le nerf auditif.
La partie externe qu’on appellera le « processeur » est un mini-ordinateur équipé d’une batterie qui va analyser les sons et les restituer sous forme électrique aux électrodes qui servent de relais au nerf auditif.

Combien de temps dure une opération d’implant cochléaire ?

C’est une généralité.
Pour l’implantation d’une oreille, il faut compter entre 2 et 3h d’opération et elle se fait désormais en ambulatoire à la Pitié-Salpêtrière.
Pour une double implantation, il faut compter 5h d’opération et c’est en séjour traditionnel à l’hôpital qui dure 3 jours dans le meilleur des cas.

Mais où est la cicatrice ?

La cicatrice est entre le pli de l’oreille et le début du cuir chevelu derrière l’oreille. On ne la voit pas après cicatrisation.

Mais tu vas entendre tout de suite ?

Non, parce que le son ne sera pas le même.
Les appareils auditifs sont des amplificateurs de son.
Les implants cochléaires sont des mini-ordinateurs équipés de processeur qui vont traiter le signal sonore perçu et le transformer en signal électrique pour ensuite les envoyer aux électrodes qui se chargeront de les transmettre au nerf auditif.
Le cerveau est capable de s’adapter à ces changements sonores mais cela varie selon de nombreux paramètres (surdité ancienne ou récente, cerveau plus ou moins cognitif, âge de la personne, etc…).
Pour accompagner ce changement au niveau du cerveau, l’orthophoniste est là pour permettre de réapprendre à décrypter ces nouveaux sons.

L’implant, c’est magique ?

Non, ce n’est pas magique.
Prenons l’exemple d’une personne qui bénéficie d’une prothèse articulée de la main : elle va d’abord apprendre à bouger la main, pour ensuite apprendre à saisir des objets et enfin les soulever, ce n’est jamais spontané avec une prothèse au début.
C’est tout un parcours de rééducation pour réapprendre différemment.
Avec l’implant cochléaire, le procédé est presque le même qu’avec une prothèse articulée.
L’implant cochléaire devient efficace à partir du moment où on prend conscience qu’il y a un travail à faire pour apprendre à s’en servir, réapprendre à entendre. Il faut que le cerveau puisse réapprendre à analyser le signal sonore qui a changé de forme. Ça peut prendre 3 mois, comme 6 mois voire un an ou plus.

Si tu changes d’avis après l’opération, tu peux remettre tes appareils auditifs ?

Non, c’est irréversible à l’heure actuelle. C’est soit l’implant cochléaire, soit le silence total.
Attention, on implante les personnes qui ont une surdité profonde ou total soit un taux d’audition de perte moyenne de 90-120 dB (source : CISIC), c’est à dire où les appareils auditifs ne font plus leur travail de restitution du son, où il n’y a plus aucun bénéfice.
Les électrodes de l’implant cochléaire remplacent la fonction des cellules cillées de la cochlée. (Oui, nous sommes poilus jusqu’au bout de la cochlée 🙂 ) ces « poils » dans la cochlée sont les cellules cillées (des cils) qui permettent de transmettre le son au nerf auditif.
Il y a une étude scientifique sur la regénération des cellules cillées depuis quelques années déjà, mais je n’en sais pas plus.

Mais pourquoi tu vas être dans le silence ?

Il y a un délai de cicatrisation.
Il n’est pas possible de poser une prothèse sur un endroit qui est en train de cicatriser pour deux raisons : l’hygiène de la cicatrisation et enfin la sensibilité de cette zone à supporter quelque chose à cet endroit.
Pour une bi-implantation, l’équipe chirurgicale essaie de réduire le délai de silence entre 15 jours et 3 semaines.

Mais à quoi servent tous ces examens ?

Les examens comme l’IRM et le scanner servent à voir l’état de la cochlée mais aussi l’emplacement des nerfs pour pouvoir trouver le meilleur chemin (trajectoire entre le nerf facial et gustatif) pour passer les électrodes.
Les examens de vertiges servent à vérifier l’état de l’équilibre et prévenir d’éventuels vertiges suite à l’opération.
Le bilan orthophonique, je l’ai expliqué dans mon billet ainsi que le bilan psychologique.

Le son passe-t-il toujours par ton oreille ?

Non, c’est le processeur qui va interpréter le son pour le transmettre de manière électro-magnétique à l’implant cochléaire qui est situé sous la peau qui lui va envoyer le signal au nerf auditif par le biais des électrodes placées dans la cochlée.

Est-ce que tu vas entendre mieux ?

Je ne sais pas encore à l’heure actuelle. Je ne le saurai que dans quelques mois.

N’hésitez pas si vous avez d’autres questions ! 🙂

6 pensées sur “Questions autour de l’implant cochléaire”

  1. J’ai hâte hâte hâte pour toi Sophie et t’envoie mille bonnes ondes, ce qui te servira bien quand tu deviendras bionique !
    Good luck future collègue

  2. bonjour !
    Tu fais une différence avec les appareils auditifs qui amplifient le son.
    Est-ce que l’implant rend le son moins numérique ? Voire pas du tout ?
    Je suis une devenue malentendante, je sais ce qu’est le son « normal », c’est d’ailleurs ce qui m’a le plus frappée avec les prothèses, ce son métallique au départ (ça s’est amélioré depuis, ou bien je me suis habituée…).

    Autre question : comment ça se passe au niveau sécu ? Le remboursement se fait à quel niveau ?

    Voili voilou. Merci à toi pour ce retour en tous cas. Et très bonne continuation dans ce choix clair.
    Je ne suis pas prête pour l’implant, mais j’y pense…

    Pour les cellules ciliées, il y a des études en cours concernant leur regeneration (à partir de cellules souches) mais on pense que ça va être très long parce qu’on ne mesure pas encore les effets secondaires, qui peuvent être importants (et parfois graves) ou parce que les résultats ne sont pas stables sur la durée. Il semble que ça va prendre beaucoup plus de temps qu’on ne le pensait au départ (lu un article là dessus tout récemment).

    1. Le son amplifié et le son de l’implant je peux pas te dire. Je ne suis pas encore implantée à l’heure qu’il est.
      Pour la prise en charge, ils m’ont juste dit de ne pas m’inquiéter. Je te dirai ca quand j’aurai la réponse !
      Merci pour ton petit message !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *